UK Flag French Flag
  Archives des résumés

Dernière mise à jour de Brian

C’est par une étincelante fin d’après-midi d’été à Rome qu’un trait a été tiré sur l’édition 2023/2024 de la McIntyre Ocean Globe Race. Elle est terminée et il est maintenant temps de se concentrer sur la prochaine. Ce qui a commencé par une journée humide au large de Cowes en septembre de l’année dernière se termine par un salut et des félicitations à tous les équipages, ceux qui ont navigué sur l’ensemble du parcours et ceux qui n’en ont fait qu’une partie. L’essentiel est que vous vous êtes engagés pour une aventure et que vous l’avez eue.

La remise des prix s’est déroulée sur l’une des propriétés de Translated et l’endroit n’aurait pas pu être plus approprié pour une remise de prix. Une piscine, une forêt et un groupe de marins dont la plupart peuvent désormais se considérer comme des circumnavigateurs. Pour ceux qui sont allés jusqu’au bout, il doit sembler un peu surréaliste de voir leurs compagnons d’équipage habillés, récurés et sabrant le champagne. Au cours des neuf derniers mois, ils ont porté des vêtements mouillés et malodorants, n’ont pas eu beaucoup d’occasions de se laver et ont souffert de cette maladie omniprésente que partagent la plupart des marins hauturiers : le “gunwale bum”, cette éruption de boutons et de furoncles qui survient après des semaines passées assis dans une flaque d’eau salée, à se prendre des vagues dans le visage et à manger des repas qui auraient pu comprendre au moins un dîner de rosbif avec du Yorkshire pudding.

Les stars du spectacle ont été les jeunes filles de Maiden qui ont remporté la première édition de l’OGR. Elles ont mené une course tactique et intelligente jusqu’aux derniers milles où elles ont arraché la victoire à Spirit of Helsinki. Je pense que c’est une chose de féliciter Maiden et son équipage, mais n’oublions pas que tous les marins sont des gagnants qui vont maintenant pouvoir profiter d’une vie entière de souvenirs, certains bons, d’autres moins bons, mais c’est la nature même de la course au large.

Permettez-moi de vous quitter et de vous laisser une pensée en guise de conclusion. Les organisateurs de la course, Don, Jane et les autres, ont fait un travail superbe, de la conception à la réalisation. Ils ont très intelligemment espacé l’OGR de quatre ans. Une fois la ligne d’arrivée franchie, de nombreux membres de l’équipage se disent qu’il ne faut plus jamais recommencer, qu’une fois suffit. Mais l’esprit est une drôle de chose. Au bout d’un an, on commence à oublier la misère froide et humide. Au bout de deux ans, on ne se souvient plus que des moments amusants et excitants, comme la fois où l’on a vu un groupe de dauphins jouer dans la vague d’étrave ou lorsqu’une baleine s’est jetée à quelques mètres du bateau, se donnant en spectacle juste pour vous. Aucun marin n’oubliera les spectaculaires couchers de soleil qui tombent dans l’océan en criant et en clapotant. Il n’y a rien de tel qu’un lever ou un coucher de soleil en pleine mer. Au bout de trois ans, on oublie toutes les difficultés (et les joies) et on commence à planifier la prochaine course. Il suffit d’un coup de téléphone pour que vous sortiez votre équipement de mauvais temps usé et défraîchi et que vous commenciez à planifier. C’est l’un des plus grands plaisirs de la course autour du monde.

Dernier SoundCloud

SITES SOCIAUX DE O°G°R