UK Flag French Flag

DEUX BATEAUX DE PLUS COUPENT LA LIGNE D’ARRIVÉE DE LA MCINTYRE OCEAN GLOBE

Un équipage extrêmement heureux accueilli par leur famille et amis finlandais prêts à faire la fête. Ils sont arrivés avec un générateur cassé, un dessalinisateur en panne et un moteur principal défectueux. Crédit : Tim Bishop/PPL/OGR2023

Spirit of Helsinki – FINLANDE – et Neptune – FRANCE – franchissent la ligne dans l’Ocean Globe de McIntyre

Arrivée prévue de Maiden à 17h00 le 16 avril – Parviendront-ils à décrocher la première place du classement général IRC ?

  • Spirit of Helsinki FI (71) a franchi la ligne au Royal Yacht Squadron de Cowes à 23:37 UTC le 14 avril après 40 jours en mer et 6 656 milles nautiques parcourus. Le Swan 651 a remporté la troisième place au classement en temps réel, une quatrième place provisoire en IRC, et la première place dans la classe Sayula pour l’étape 4.
  • Neptune FR (56) a terminé quatrième sur la ligne, les résultats en IRC et autres catégories restant à préciser. Bertrand Delhom, atteint de la maladie de Parkinson, réalise son rêve et inspire des gens partout dans le monde.
  • C’est l’heure de vérité! Qui remportera l’or au classement général de la course en IRC? La bataille fait rage entre Spirit of Helsinki FI (71), Maiden UK (03) et Triana FR (66). L’heure d’arrivée prévue pour Maiden est à 14:00 UTC le 16 avril. Le “peut-être” pourrait leur donner une avance de 13 heures sur Spirit of Helsinki dans le classement général IRC. Il faudrait pour cela que Triana franchisse la ligne d’arrivée avant le 22 avril en début d’après-midi pour conserver sa première place devant Maiden, et il lui reste 950 milles à parcourir. Tout reste à jouer!
Spirit of Helsinki, venu de Finlande, franchit la ligne dans l’Ocean Globe de McIntyre. Crédit : Tim Bishop/PPL/OGR2023

L’équipage de l’ancien bateau Whitbread, Spirit of Helsinki FR (71), a été accueilli par sa famille et ses fans finlandais sur le ponton de Trinity Landing, à Cowes, après avoir réussi à terminer la quatrième étape de l’Ocean Globe Race en 40 jours. Le skipper Jussi Paavoseppä et les 12 membres d’équipage, vêtus de leurs cirés jaune citron distinctifs et arborant des moustaches dignes de 1973, étaient radieux en étreignant leurs supporters.

L’équipe, à bord du Swan 651 connu sous le nom de Frazer Finland lors de la Whitbread 1985, a terminé troisième au classement en temps réel et quatrième provisoirement en IRC pour cette étape. Ils étaient également en lice pour remporter le classement général IRC de la course. Cependant, l’heure d’arrivée estimée de Maiden pourrait placer Spirit of Helsinki 10 heures derrière Maiden dans le classement général IRC.

Spirit of Helsinki et Maiden ont longtemps entretenu une rivalité amicale, se mesurant souvent en match-racing, en particulier lors des deux dernières étapes, parfois en se voyant. C’est tout naturellement qu’ils se retrouvent si proches pour le classement général, à quelques heures d’un résultat décisif. Nous y verrons plus clair dans les prochaines 24 heures.

L’heure d’arrivée prévue pour Maiden (14h00 UTC le 16 avril) semble réaliste, compte tenu des vents actuels. Cependant, leur progression a semblé compromise lorsqu’ils ont tweeté à propos d’un foil endommagé. Mais la situation semble désormais stabilisée.

“Le foil est réparé ! Les capacités de l’aile sont rétablies ! J’espère être là pour le déjeuner ! Je vole vers Cowes, YEEEEHAW”, a tweeté Maiden.

Images reçues de l’équipe Maiden en mer le 5/4/24. Crédit : Équipe Maiden / OGR2023

Avec 950 milles nautiques à parcourir, Triana doit franchir la ligne d’arrivée avant le milieu de l’après-midi du 22 avril pour conserver leur avance au classement général de l’IRC. Ainsi, au moment où nous écrivons ces lignes, si Maiden arrive avant 14:00 UTC le 16 avril, il dépassera Spirit of Helsinki d’environ 13 heures. Et si Triana arrive après 12:00 UTC le 22 avril, Maiden pourrait être couronné leader de l’IRC pour l’édition 2023 du McIntyre Ocean Globe!

Cette étape s’est avérée très difficile pour l’équipage de Triana, qui n’est pas habitué à avancer lentement.

“La direction du vent est de 53 degrés. Le cap à l’arrivée est à peu près le même. Eh eh”, a tweeté Triana.

C’est passionnant, tendu et captivant à suivre, et les amateurs de voile ne pourraient pas demander mieux!

Cette rivalité et cette camaraderie sont exactement ce pour quoi les équipages de l’OGR se sont engagés et ce qui les motive. Jussi Paavoseppä, skipper et père de trois enfants, a parlé de son désir de gagner, mais aussi du fait que l’OGR est bien plus qu’une simple “course”.

Cliquez pour regarder l’interview complète de Jussi Paavoseppä, skipper du Spirit of Helsinki.

Quand on aime vraiment la voile, c’est le plus grand événement que l’on puisse faire. Dès que j’ai vu la publicité pour la course autour du monde, j’ai su que nous devions y participer. Et c’est ce que nous avons fait. Ce n’est pas ce à quoi je m’attendais, c’est beaucoup plus tendu, plus coûteux et plus exigeant dans tous les sens du terme, mais c’est incroyable. Je ne regrette pas de l’avoir fait

Jussi Paavoseppä, skipper du Spirit of Helsinki.

On lui a demandé s’il recommencerait. Il a simplement répondu “NON !”.

Un moment marquant?

C’est encore un peu flou. Nous étions tellement concentrés sur ce que nous faisions qu’il n’y a pas eu beaucoup de moments vraiment marquants dont je puisse me souvenir maintenant. Bien sûr, le Cap Horn et les moments où nous surfions à 23 nœuds sur une vague sont spéciaux, mais je pense que cette course, c’est plus une expérience globale qui vous transforme et définit qui vous êtes et ce que vous pensez. La course et la mer sont des moments privilégiés pour apprendre à se connaître. Dans le monde moderne, on n’a pas souvent le temps de s’arrêter, de réfléchir et de rester avec ses pensées

Jussi a poursuivi.

Spirit of Helsinki s’est bien défendu tout au long de la course et, bien qu’il n’ait pas été un des favoris au départ de Southampton en septembre dernier, l’équipage a impressionné plus d’un. Ils ont pris la première place au Cap et ont terminé deuxième en IRC. L’étape 3 entre Auckland et Punta del Este s’est révélée être une autre réussite – ils ont fini troisième en temps réel et cinquième en IRC, s’inclinant de quelques minutes seulement face à Maiden.

L’équipe de Spirit of Helsinki FR (71) a été accueillie par des applaudissements de la famille et des fans finlandais sur le ponton de Trinity Landing, à Cowes. Crédit : Aïda Valceanu / OGR2023

Un autre ancien bateau Whitbread,  Neptune FR (56), a fini son tour du monde en franchissant la ligne d’arrivée du Royal Yacht Squadron moins de 24 heures plus tard.

Le sloop français de 60 pieds en aluminium, skippé par Tanneguy Raffray, a été accueilli par ses nombreux et fidèles supporters vêtus de leurs t-shirts Neptune, facilement reconnaissables. Ce voilier de la Whitbread 1977 a pris la quatrième place en temps réél et une quatrième place IRC provisoire pour l’étape 4.

Le sloop français de 60 pieds en aluminium, skippé par Tanneguy Raffray, a été accueilli par de nombreux supporters fidèles et enthousiastes. Crédit : Don McIntyre / OGR2023

L’étape 4 s’est avérée être la performance la plus réussie de Neptune à ce jour, après avoir obtenu la septième place pour les trois premières étapes. Il s’est classé onzième en IRC pour l’étape 1, huitième en IRC pour l’étape 2, et sixième en IRC pour l’étape 3.

Quelle course incroyable cela a été. C’est encore trop tôt pour réaliser pleinement ce que nous avons accompli. Cela n’a pas toujours été facile, mais nous y sommes arrivés et nous sommes ici. Le bateau est en sécurité, nous sommes en sécurité, c’est fantastique. Tout le monde est heureux – que peut-on demander de plus ? J’ai eu la chance de naviguer avec mon père, donc c’est génial de pouvoir partager cela avec lui.

Tanguy Raffray, très fier, fils du skipper Tanneguy Raffray.
Neptune et son équipage ont également battu un record du monde grâce à Bertrand Delhom, membre de l’équipage, la première personne atteinte de la maladie de Parkinson à faire le tour du monde. Crédit : Aïda Valceanu / OGR2023

Neptune et son équipage ont également établi un record du monde grâce à Bertrand Delhom, membre de l’équipage, qui est devenu la première personne atteinte de la maladie de Parkinson à faire le tour du monde. Bertrand a voyagé pour transmettre un message d’espoir, démontrant que le courage, la détermination et la volonté de réussir peuvent mener partout. La maladie de Parkinson n’a pas arrêté Bertrand ; il continue d’être une source d’inspiration pour tous ceux qu’il rencontre.

Ce n’était pas seulement une aventure de voile mais une aventure humaine et nous avons accompli tant de choses. Merci à mon équipage pour leur soutien. Parfois, j’étais fatigué et c’était difficile, mais nous avons navigué autour du monde et repoussé nos limites.

l’inspirant marin Bertrand, portant un t-shirt avec l’inscription ‘Invincible’ sur la poitrine.
L’impressionnant Bertrand qui a prouvé à maintes reprises qu’il est vraiment invincible, est devenu le premier patient atteint de la maladie de Parkinson à faire le tour du monde en équipage ! Crédit : Tim Bishop/PPL/OGR2023
Regardez l’équipe Neptune franchir la ligne à 9 nœuds.
Interview complète de Bertrand Delhom.

Le Swan 53 Sterna, un bateau sud-africain, a de nouveau rencontré des problèmes de gréement qui l’ont obligé à effectuer des réparations essentielles après la rupture de son pataras tribord. Toutefois, à l’instar du Maiden, ils ont également réalisé les travaux nécessaires et sont désormais de retour dans la course.

Informations sur l’arrivée de l’OGR

Ligne d’arrivée :
Royal Yacht Squadron, Cowes, Royaume-Uni
Accostage :
Après avoir franchi la ligne d’arrivée, les voiliers seront amarrés à Trinity Landing, situé à West Cowes. Ils resteront à quai pendant 48 heures.

avatar

Partenaires

Fournisseurs officiels

Ports de l'hôte

Associations