UK Flag French Flag

Pression pour atteindre Le Cap pour la deuxième étape de la McIntyre Ocean Globe !

Neptune rend visite à Translated 9 alors qu'ils passent l'équateur. McIntyre OCEAN GLOBE 2023 - COPYRIGHT FREE for Editorial Use. Translated 9 accueille le roi Neptune à bord pour la cérémonie de passage de l'équateur. Le co-skipper Marco Trombetti (à l'extrême gauche) est tout sourire avant le retour du redoutable monstre vert. Crédit : Translated 9 / OGR 2023

  • La pression monte pour Godspeed USA (01) et Explorer AU (28) pour atteindre Le Cap avant le début de la 2e étape. Le peloton de milieu échappe aux calmes équatoriaux et se dirige vers le Sud. Evrika FR (07) et Outlaw AU (08) mettent le cap loin vers l’Est.
  • Pen Duick VI FR (14) et Translated 9 IT (09) se disputent la première place dans la catégorie IRC.
  • Neptune – Gagner Avec Parkinson FR (56) récupère 300 litres d’eau de pluie pour compléter leurs réserves.
  • Possibilité d’une pénalité de 24 heures pour une voile perdue par-dessus bord.
  • La moitié de la flotte célèbre son passage de l’Equateur vers l’Atlantique Sud.
McIntyre OCEAN GLOBE 2023 – COPYRIGHT FREE for Editorial Use. Tu me frottes le dos, je te frotte le tien ! Bain à bord de l’Outlaw. Crédit : Outlaw / Spirit of Adelaide / OGR2023

Avec sept bateaux ayant franchi l’Equateur et progressant vers Le Cap, ce sont les derniers du peloton qui donnet du fil à retordre au siège de la course McIntyre Ocean Globe. Godspeed USA (01) et Explorer AU (08) subissent une pression croissante pour atteindre Le Cap avant le début de la 2e étape, de Cap Town à Auckland, le 5 novembre.

Le réglement de course de l’OGR exige que les bateaux aient une escale obligatoire minimale de quatre jours au port, signifiant qu’ils doivent arriver au Cap avant 14h00, heure locale, le 1er novembre, pour assurer le départ de la 2e étape avec le reste de la flotte. Ceci semble désormais improbable.

Le skipper de l’Explorer, Mark Sinclair, alias Captain Coconut, a une date d’arrivée prévue au plus tôt le 2 novembre !

Notre stratégie pour le moment est d’oublier le réglage des voiles, de simplement pointer le bateau à 195 degrés magnétiques, de voir où les voiles se placent et de les régler ensuite. La date d’arrivée estimée au Cap est basée sur la quantité de nourriture encore dans le congélateur, soit environ Noël.

a déclaré Mark, frustré par le manque de vent.

Ils ne semblent certainement pas inquiets et continuent de profiter de leur croisière atlantique.

L’équipage réduit à bord du Godspeed, qui a été contraint de s’arrêter trois jours à Cascais pour réparer une fissure de six pouces dans leur bôme, souffre encore dans le Pot au Noir mais continue de gagner sur la flotte. Maintenant, ils se trouvent seulement à 400 nm derrière l’Explorer et à 500 nm de l’Evrika, ils ont rattrapé 350 milles au cours des 10 derniers jours et pourraient bien rattraper les derniers. Ils sont certainement déterminés.

Nous avons l’impression de trouver notre rythme avec le bateau. Nous avons sorti le pistolet à tatouer pour se faire des tatouages en mer. Nous avons fait l’hirondelle classique que vous obtenez à 5000 nm, mais avec une petite touche de Skeleton Crew. Et nous faisons une remontada – la plus grande remontada de voile de notre génération.

a rapporté le Skeleton Crew.
McIntyre OCEAN GLOBE 2023 – COPYRIGHT FREE for Editorial Use. Galiana WithSecure a réussi à faire voler son drone et à ne pas le perdre ! Crédit : Team Galiana WithSecure / OGR2023

Le peloton de milieu, y compris Sterna SA (42), White Shadow ESP (17), Galiana WithSecure FI (06), pourrait avoir pensé avoir échappé aux griffes des calmes équatoriaux, mais a encore quelques vents capricieux à affronter.

Bon vent et ciel dégagé pendant la nuit, priant les dieux du vent pour plus de vents d’est pour soulager la raclée incessante au près.

a tweeté Sterna.
McIntyre OCEAN GLOBE 2023 – COPYRIGHT FREE for Editorial Use. Jamais un moment de répit grâce au redoutable chaffing – un problème qui touche toute la flotte. Les participants sud-africains Sterna / All Spice Yachting ne comptent pas laisser ce problème ralentir leur progression vers Cape Town ! Crédit : Team Sterna / AllSpice Yachting / OGR2023

Pendant ce temps, Outlaw continue de se diriger vers l’Est, peut-être trop à l’est, un mouvement audacieux, qui fait lever quelques sourcils. Mais l’équipage est confiant que cela va payer, leur permettant d’arriver avec du temps à épargner selon leur dernier tweet.

Une journée lente et régulière à naviguer aussi près de la ligne que possible. L’équipe de navigation prévoit un jour d’arrivée le 26 ou 27 octobre au Cap.

a tweeté Outlaw.

Le skipper de l’Evrika, Dominique Dubois, a également opté pour une route vers l’est. Plus tôt dans la semaine, il a découvert qu’ils avaient perdu une grande voile d’avant de reaching emportée par-dessus bord. Selon le réglement de course de l’OGR, cette perte peut entraîner une pénalité de 24 heures.

Ce n’est pas une bonne nouvelle pour nous car c’était une bonne voile. Le sac n’était probablement pas bien arrimé et à l’époque nous avions des vents de 20-25 nœuds et beaucoup d’eau sur le pont. Mais à part ça tout le monde est content à bord. C’est parce que nous naviguons avec la famille et de bons amis.

a dit Dominique.
OGR2023 – Evrika – Offshore Media 04/10/23

Le skipper du concurrent espagnol White Shadow, Jean-Christophe Petit, explique à nouveau l’importance de la cohésion de l’équipage. Leur Swan 57, n’est qu’à 165 nm devant l’autre Swan 57 de la flotte, l’Explorer. Jean-Christophe a expliqué comment cette aventure réveille de nouvelles émotions dans son équipage.

Un des membres de l’équipage pense beaucoup à ses frères et sœurs et craint d’arriver au Cap et de découvrir que quelque chose aurait pu se passer. Cela a créé un peu d’anxiété. Mais c’est le jeu. Les autres membres de l’équipage viennent et le prennent dans leurs bras et disent que c’est ok, passons à autre chose. C’est une partie de l’aventure. Vous explorez des cartes inconnues de votre propre esprit et émotions, ce qui est vraiment intéressant”, dit Jean-Christophe. “La vie à une inclinaison de 20 degrés a commencé et durera 10 jours. Bouger, cuisiner, pisser, dormir, s’asseoir, tout demande un effort supplémentaire, mais nous gardons le sourire ! 🙂

Jean-Christophe Petit, skipper du White Shadow.

Mais surtout, ils sont juste soulagés de bouger!

Pen Duick VI FR (14) peine à s’emparer de la première place en IRC de Translated 9 IT (09), mais mène la flotte. Spirit of Helsinki FI (71), Translated 9 IT (09) et Maiden UK (03) ont bien repris les vents du sud-est et font bonne route vers le Cap. Les trois bateaux français, L’Esprit d’Équipe FR (85), Triana FR (66) et Neptune FR (56) ont également passé l’Equateur avec leurs proues maintenant réglées pour rattraper le groupe de tête, déterminés à réduire l’écart.

L’équipage de Neptune – Gagner Avec Parkinson, était clairement soulagé par l’apparition récente de fortes averses. Une membrane de leur dessalinisateur a laché plus tôt dans la semaine, produisant de l’eau salée et leurs stocks étaient dangereusement bas. Mais pendant une forte averse, ils ont recueilli 300 litres d’eau de pluie fraîche, chaque membre de l’équipage disposant maintenant de 1,5 litre par jour. Leur stock total est d’environ 350 litres avec un peu plus de trois semaines à faire. Leur nourriture est pré-cuite, ce qui signifie qu’ils n’ont pas besoin d’eau pour cuisiner, mais espérons tout de même qu’il pleuve à nouveau – au moins une fois!!

OCEAN GLOBE RACE 2023 – COPYRIGHT FREE for Editorial Use Bertrand Delhom poursuit son tour du monde à la voile en suivant la devise de Neptune – Gagner Avec Parkinson “Celui qui ose vivra”. CREDIT PHOTO : Team Neptune / OGR2023

Bertrand Delhom, membre de l’équipage de Neptune, continue d’être une source d’inspiration à travers le monde avec la mission inscrite sur leur devise “Qui ose vivra”. Malgré sa maladie de Parkinson, il est déterminé à montrer au monde ce qui est possible – mais c’est un défi colossal.

Mes symptômes de Parkinson se sont estompés alors que nous glissions sous un spinnaker entre les Canaries et le Cap-Vert. Crampes d’estomac, fatigue, brûlures. Tout a disparu ! Le bateau avançait bien, poussé par une houle régulière, et j’étais souvent à la barre, jour et nuit, alors que les milles défilaient vers le sud. Je me suis dit, nous allons essayer une expérience, je n’ai pas pris de dopamine pendant 72 heures et tout allait bien, mais Parkis (Parkinson) est un trompeur. Il est là et à la fin, il m’a rattrapé. J’ai donc dû reprendre mon traitement à la dopamine (surtout le rapide pour stopper cette descente en enfer). C’était une déception, mais je ne l’ai pas partagée avec l’équipe. Aurais-je dû ? Je ne sais pas. Je ressens évidemment que cette expérience était un échec, mais l’était-elle vraiment ? Cependant, je sais pertinemment que ces échecs me donnent de la force, la force même qui m’a amené à ce défi de faire cette course autour du monde.

Bertrand Delhom, membre de l’équipage de Neptune.

Ceux à bord du Triana FR (66) sont un autre équipage qui est heureux d’avoir enfin attrapé le vent et avance, mais n’apprécie pas de remonter au vent.

La longue et dure bataille en remontant au vent continue et il semble que ce sera encore le cas pour quelques jours (pas des semaines, espérons-le !). Tout est plus difficile quand on est en permanence à un angle de 20 degrés, même les choses les plus simples comme se brosser les dents ! La caravane Triana semble cependant apprécier les conditions… plus que l’équipage au moins !

a tweeté Triana.

Alors que L’Esprit d’Équipe, anciens vainqueurs de la Whitbread, sont juste heureux d’avancer, malgré la vie à la gîte.

Au près dans des alizés de 15 nœuds. Troisième jour à cette vitesse, on s’habitue à la vie avec un gîte de 20 degrés. Content que le bateau progresse bien !

a tweeté L’Esprit d’Équipe.

Maiden continue de défier le groupe de tête malgré les réparations en cours de route.

Une couture sur la grand-voile s’est décousue pendant la nuit. Nous avons descendu la voile et hissé la trinquette pour effectuer les réparations. La Grand-voile est maintenant prête à être renvoyée.

a tweeté Maiden.
McIntyre OCEAN GLOBE 2023 – COPYRIGHT FREE for Editorial Use. Une voile endommagée n’entrave pas la progression de Spirit of Helsinki. Premier de la classe Sayula et deuxième du classement général. Team Spirit of Helsinki / OGR2023

Jussi Paavospeeä, skipper du Swan 651 Spirit of Helsinki, actuellement premier en classe Sayula, 2ème en honneurs de ligne derrière Pen Duick VI et troisième en IRC, admet que cela devient stressant et qu’il a du mal à obtenir des informations météo.

La météo est un gros problème en ce moment. Je sens vraiment que nous devons trouver un moyen d’obtenir les cartes de pression avant de nous diriger vers le Sud. Si nous n’en obtenons pas, nous devons vraiment réfléchir si nous allons ou non vers le Sud!

Jussi Paavospeeä, skipper du Swan 651 Spirit of Helsinki

Et ayez une pensée pour le co-skipper Marco Trombetti sur Translated 9, actuellement premier en classement IRC. Ils poussent dur au près à 25 degrés, s’accrochant pour les repas avec de l’eau sur le pont, dans des mers de 3-4 mètres. Il est à nouveau malade en mer. Mais il est heureux ! Il prouve que vous pouvez bien mener le peloton, mais cela ne vous exempte pas du mal de mer, même après près de quatre semaines en mer. Mais selon l’Italien Marco, tout fait partie de l’aventure ! Il est heureux de s’en sortir et sait qu’il reste encore quelques semaines dans ces conditions.

Telle est la vie et les histoires d’un marin de l’OGR…

La remontée au vent s’avère difficile pour tous les équipages – mais au moins, ils ont l’impression d’avancer. Translated 9 poursuit sa lutte avec Pen Duick VI pour la première place au classement IRC. Crédit : Luca Butto / Translated 9
avatar

Partenaires

Fournisseurs officiels

Ports de l'hôte

Associations