UK Flag French Flag

Pen Duick VI Premier à traverser l’Equateur! Excitation alors que la flotte peine à se diriger vers le Sud

McIntyre OCEAN GLOBE 2023 - COPYRIGHT FREE for Editorial Use. Pourquoi ne seraient-ils pas heureux ? L'équipage de Pen Duick VI apprécie manifestement d'être en tête du peloton ! Crédit : Team Pen Duick VI / OGR2023
  • Pen Duick VI FR (14) premier à traverser l’Equateur, premier au classement général mais aussi premier en prenant en compte l’handicap IRC!
  • Maiden UK (03) et Translated 9 IT (09) si proches qu’ils semblent naviguer ensemble !
  • Le marin sauvé récupéré par un bateau mystère, disparaissant avant le rendez-vous avec la marine de Dakar.
  • Compensation de 32 heures pour Outlaw AU (08) après avoir sauvé un marin échoué.
  • Alerte de détresse PLB sur Neptune FR (56) : une fausse alerte. Tout va bien, mais maintenant plus de vent.
  • Spirit of Helsinki FI (71), L’Esprit d’équipe FR (85) et White Shadow ESP (17) font des mouvements tactiques intelligents. Le reste de la flotte navigue lentement à travers les calmes équatoriaux (pot au noir).

La skipper Marie Tabarly et son déterminé équipage de Pen Duick VI ont été les premiers à traverser les calmes équatoriaux, à atteindre les alizés du SE et hier matin les premiers à traverser l’Equateur. Elle est maintenant 337 nm devant ses rivaux les plus proches, l’équipage de Spirit of Helsinki. Confirmant leur dominance, Pen Duick VI est premier au général et premier en handicap IRC pour la flotte entière, elle a attrapé les alizés du Sud-Est et file à toute allure.

La traversée de l’Équateur implique traditionnellement une visite du dieu romain de la mer ‘Neptune’ et une cérémonie salissante où les novices, surnommés Pollywogs deviennent Shellbacks. La skipper Marie a confirmé qu’ils avaient eu une cérémonie “amusante”, mais ce n’est pas le moment de perdre sa concentration.

Nous sommes en tête, mais nous devons continuer à pousser. Il y a beaucoup d’endroits délicats à venir et si nous voulons gagner, nous devons encore arriver trois jours en avance.

Marie Tabarly, skipper de Pen Duick VI

Avec le rating IRC de Pen Duick VI, ils doivent arriver trois jours avant Translated 9 pour remporter le titre de vainqueur en IRC!

Pendant ce temps, Jussi Paavoseppä, skipper du Swan 651, Spirit of Helsinki et les rivaux les plus proches de Pen Duick VI, luttent durement pour rester dans la course. Ils ont plusieurs jours de retard mais semblent aussi avoir évité le pire des vents légers, des grains et des orages.

Tout ce qui nous manque, c’est une bière froide et du vent.

Jussi Paavoseppä, skipper du Spirit of Helsinki

Le reste de la flotte continue de serpenter à travers les vents irréguliers. Maiden et Translated 9 sont au coude à coude depuis des jours. En fait, ils se sont tellement rapprochés que le skipper de Maiden, Heather, et le co-skipper de Translated 9, Vittorio, ont lancé un service de rencontres à l’aveugle en mer via VHF. Des profils d’équipage anonymes sont échangés entre les deux équipes qui choisissent ensuite leurs rendez-vous à l’aveugle pour Le Cap! Il pourrait bien y avoir de l’amour dans cet air très chaud et collant! Nous vous tiendrons au courant.

McIntyre OCEAN GLOBE 2023 – COPYRIGHT FREE for Editorial Use. L’équipage de Maiden trouve enfin le vent et prévoit de se débarrasser de ses bons amis Crédit : Team Maiden / OGR 2023

Il semble que l’idée des rendez-vous à l’aveugle inspirent l’équipage de Translated 9 à naviguer plus vite:

Nous sommes très proches, nous pouvons presque leur dire ‘bonjour’. Quand vous voyez un bateau si près de vous, votre énergie monte et nous voulons leur montrer que nous sommes plus rapides.

Marco Trombetti, skipper de Translated 9

Mais il semble que Maiden soit le premier à trouver du vent, juste, avec 15-20 nœuds venant du Sud-Est.

Sur la trajectoire la plus à l’Est et le seul participant du “côté opposé” des calmes équatoriaux est Outlaw AU (08), qui mardi a sauvé un homme seul dérivant dans une pirogue de 20 pieds, à 90 nm au large de Dakar. OGR et Senegal/Dakar MRCC ont coordonné un point de rendez-vous pour permettre au marin d’être récupéré par la marine sénégalaise au large de Dakar. Le skipper Campbell Mackie et son équipage ont dévié pendant 20 heures, remorquant le marin et sa pirogue vers le point de rendez-vous. Mais à l’approche de la terre, une autre pirogue “mystère” est venue à côté de la pirogue échouée et les deux ont disparu ensemble en mer sans dire un mot! Outlaw est retourné à la course sans plus d’informations sur la raison pour laquelle le marin était là.

Après une analyse minutieuse de la perte de temps et de la perturbation d’OUTLAW en déviant pendant plus de 20 heures pour décharger le marin avant de reprendre la course, les organisateurs de l’OGR ont accordé une compensation de 32 heures à Outlaw, qui sera soustraite de leur temps d’arrivée au Cap.

J’ai été impliqué dans pas mal de situations où un bateau de course dévie pour aider et c’est généralement un processus simple pour décider de la compensation. Celui-ci était un cauchemar à cause des calmes équatoriaux et des problèmes de temps de vitesse. 20 heures à 2 nœuds, ce n’est que 40 miles. Et Outlaw est entré dans une zone météo complètement différente. Néanmoins, nous pensons que c’est juste.

Don McIntyre, directeur de l’OGR.

Outlaw expérimente maintenant toutes les joies des calmes équatoriaux.

Commencé avec un grain de 35 nœuds, puis totalement calme, pas de vent du tout. Puis 20 nœuds, puis 5 nœuds, puis 30 nœuds, puis à nouveau calme. Tout cela en une heure ! C’est la vie aux calmes équatoriaux.

L’équipe Outlaw
McIntyre OCEAN GLOBE 2023 – COPYRIGHT FREE for Editorial Use. Rinze et Mehdi s’amusent de la brise, enfin, de l’absence de …. Crédit : Team Outlaw / OGR 2023

L’Esprit d’Équipe a presque rattrapé le peloton de tête et bénéficie également maintenant des vents du Sud en amont des alizés, une indication claire que les calmes équatoriaux sont maintenant derrière eux. Ils ont signalé un problème avec les engrenages de leur winch “coffee grinder” (qui fait tourner leurs winchs principaux). Ils prévoient de le réparer au Cap et utiliseront pour l’instant une manivelle de winch traditionnelle. Neptune, qui avait navigué à travers le pire des calmes équatoriaux et poursuivait leurs rivaux français L’Esprit d’Équipe, est maintenant à l’arrêt avec zéro vent et sont repoussés par un courant de 1 nœud.

Hier à 08:20 UTC, une alarme de balise de localisation personnelle (PLB) a été activée et le MRCC GRIZ NEZ France a contacté le PC course de l’OGR pour signaler la réception du signal de détresse. OGR a lancé le CODE ROUGE. Neptune n’a pas répondu au téléphone satellite pour confirmer la situation. Des messages ont été envoyés à Neptune via le traqueur YB3 et par SMS. Cinq minutes plus tard, soit environ 15 minutes après l’activation de la PLB, le skipper de Neptune, Tanneguy Raffray, a appelé pour confirmer la fausse alarme, tout allait bien à bord.

L’équipage de Neptune ne sait pas comment la PLB dans le gilet de sauvetage avait été activée. Ils ont ensuite tenté sans succès de désactiver l’unité PLB en suivant le processus du fabricant. Finalement, l’OGR leur a ordonné de couper l’antenne et de placer l’unité entière dans un conteneur métallique étanche, ce qu’ils ont fait.

White Shadow ESP (17) a accéléré le rythme et a grandement bénéficié de la stratégie tactique intelligente de navigation vers l’ouest où les calmes équatoriaux sont traditionnellement connus pour être plus étroits. Ils se sont certainement adaptés à la vie en mer.

Réveil, thé, 60′ barre, ajustement spi, ajustement route, manger, dormir, répéter 1 jour, 1 semaine, 2 semaines, la route vers le sud est longue.

Tweeté par White Shadow.  
OGR 2023 : Revue hebdomadaire de photos à bord des satellites 29 septembre

Les problèmes de moteur à bord de Triana FR (66), qui avaient affecté leur capacité à charger les batteries de leur équipement, ne semblent pas affecter leurs performances, bien que le Swan 53 soit entré dans des vents plus légers et se déplace à seulement 2,7 nœuds. Quelques jours avant, ils ont cassé leur tangon en poussant fort.

En plein dans les calmes équatoriaux, nous avons rencontré nos premières rafales qui étaient en fait assez bienvenues car utilisées pour notre première douche depuis le départ. Mais soyez rassurés, nous n’étions pas si malodorants – nous avons des lingettes pour bébés pour nous garder propres.

L’équipe Triana

Pendant ce temps, Galiana WithSecure FI (06) avoue avoir du mal avec la chaleur.

Pour les Finlandais du nord, traverser les calmes équatoriaux et l’Équateur est une question de survie. 34°C à l’intérieur du bateau, un soleil mortel sans ombre sur le pont.

Tweeté par Galiana WithSecure.

Après leur gîte de la semaine précédente, où Sterna a été couché pendant sept minutes, ils signalent maintenant des conditions plus calmes. Ils sont à la limite du pot au noir et, si la chance est de leur côté, ils pourraient bien échapper au pire des vents légers.

Vents légers à nouveau. Faisant 6 nœuds avec le S2 et la grand-voile haute. Est-ce le début des calmes équatoriaux?

Tweeté par Sterna.

Evrika FR (07) a fait un mouvement tactique vers l’est qui pourrait s’avérer problématique, avec des vents légers et des trous de calmes équatoriaux prévus.

Et l’équipage de l’Explorer AU (28) continue leur tour gastronomique vers Le Cap avec un peu de voile en prime.

McIntyre OCEAN GLOBE 2023 – COPYRIGHT FREE for Editorial Use. Doctor Patrick taking care of Peter who got up too close and personal with a spinnaker pole – and that was before the spinnaker wrap! Credit: Team Explorer / OGR2023

Déjeuner: wrap mexicain. Dîner: wrap spinnaker.

et le dernier tweet

Quelqu’un connaît-il un bon fabricant de voiles au Cap?

L’équipe Explorer

Godspeed USA (01) ferme la marche presque 700 miles derrière. Naviguant actuellement à 6 nœuds, ils continuent de bénéficier des alizés du Nord-Est qui devraient persister dans les prochains jours. Les dernières photos satellite à bord suggèrent qu’ils courent extrêmement fort avec une concentration et un engagement complets!

McIntyre OCEAN GLOBE 2023 – COPYRIGHT FREE for Editorial Use. 1 personne ou chose qui se trouve à l’arrière d’un groupe ou d’une formation. 2. membre de l’équipage d’un avion militaire qui manipule un canon à partir d’un compartiment situé à l’arrière. 3. Une agglomération d’individus uniques essayant de courir autour du monde avec plus de style que d’habileté ! Crédit : Team Godspeed / OGR2023
avatar

Partenaires

Fournisseurs officiels

Ports de l'hôte

Associations