UK Flag French Flag

MARIE TABARLY ET SON ÉQUIPAGE REMPORTE LA TROISIÈME ÉTAPE DU MCINTYRE OGR

Pen Duick VI prend la première place de l'étape 3, réputée la plus difficile. Crédit : Rob Havill/ OGR2023

Pen Duick VI triomphe à Punta del Este et occupe la première place de l’étape du Cap Horn dans le McIntyre Ocean Globe Race !

  • Pen Duick VI FR (14) a franchi le premier la ligne d’arrivée à Punta del Este à 15:55 UTC, le 13 février, après 30 jours de course acharnée. Les positions au classement IRC sont encore trop serrées pour assurer sa double victoire d’étape.
  • Quatre milles seulement séparent Spirit of Helsinki FI (71) et Maiden UK (03) dans la lutte pour la deuxième place, à moins de 270 milles de Punta del Este.
  • Sterna SA (42) passe le Cap Horn à 00:36 UTC, à 9,5 milles du fameux rocher.
  • Explorer AU (28) perd l’usage de son safran à 240 nm à l’ouest du Cap Horn dans une tempête de 50noeud et une mer de 7m – il s’est immobilisé pour réparation et a finalement repris sa route.

Le magnifique Pen Duick VI FR (14), skippé par l’indomptable Marie Tabarly, a franchi la ligne d’arrivée du Yacht Club Punta del Este à 15:55 UTC le 13 février, prenant la première place de l’étape du Cap Horn de la MCINTYRE Ocean Globe Race. Le soleil et la houle étaient au rendez-vous pour accueillir Marie et son équipage, qui se sont battus avec acharnement pour décrocher la très convoitée première place dans ce que beaucoup considèrent comme l’étape la plus prestigieuse de l’OGR, d’une durée de 8 mois.

Pen Duick VI franchit la ligne d’arrivée à Punta del Este le jour de la célébration du 100e anniversaire du Yacht Club Punta del Este. Crédit : JJ/ OGR2023

Dans des vents de 25 nœuds et une mer de 3 mètres, Pen Duick VI franchi en vainqueur la ligne d’arrivée après 30 jours de course entre Auckland (Nouvelle-Zélande) et Punta del Este (Uruguay).

Avec ses 73 pieds, le ketch des bermudes à coque noire, fleuron du projet Elemen’Terre dont l’objectif est de sensibiliser le public aux grands enjeux environnementaux, est le plus grand voilier de la flotte de l’OGR. Pen Duick VI a une longue relation, que certains pourraient qualifier de compliquée, avec la Whitbread Round the World Race – le père de Marie, Éric Tabarly, a skippé Pen Duick VI pour la première fois lors de la Whitbread de 1973, mais a démâté deux fois avant de prendre d’abndonner. Aujourd’hui, Marie a prouvé une nouvelle fois, sans aucun doute, ce dont le ketch emblématique est capable. Marie l’a dit et répété : les vents forts sont le type de temps dans lequel Pen Duick VI excelle, et ils ont finalement obtenu ce qu’ils espéraient dans l’étape 3.

L’équipage a célébré l’événement avec style en sautant à l’eau en uniforme dans la marina du Yacht Club de Punta del Este encouragé par des centaines de supporters enthousiastes, dont beaucoup se souviennent des anciennes Whitbread qui faisaient escales à Punta del Este.

Marie célèbre sa victoire en rejoignant son équipage pour une baignade de célébration après le champagne. Crédit: Don / OGR2023

Marie, qui a franchi la ligne d’arrivée en souffrant d’une rage de dent, a admis que, bien qu’elle soit ravie d’avoir remporté la première place, il s’agit d’une victoire douce-amère car son plus grand rival, Translated 9, a été contraint de se retirer de la troisième étape en raison d’une avarie à la coque, des fissures étant apparues après avoir été roulé trois fois et subit un violent renversement dans une tempête. Ils ont abandonné l’étape et se sont détournés vers les îles Malouines où ils se préparent maintenant à charger le voilier sur un navire pour le rapatrier à PUNTA afin d’effectuer les réparations avec l’espoir d’être prêt pour prendre le départ de la dernière étape de l’OGR.

Après avoir découvert deux fissures dans la coque, Translated 9 a mis le cap sur les îles Malouines. Quels sont leurs projets à présent ?

Une victoire est une victoire, si vous voulez gagner une course, vous devez d’abord la terminer. Vous gagnerez en gardant votre bateau, votre équipage et tout le reste intact. J’aurais préféré mettre fin à la rivalité avec Translated d’une autre manière, mais peut-être ont-ils poussé trop fort, il y a beaucoup de possibilités. J’ai gardé mon bateau homogène, j’ai terminé et j’ai gagné. Mais c’est une victoire douce-amère

Marie Tabarly, skipper du Pen Duick VI

Tom Napper, le second de Pen Duick VI, a interrompu sa baignade dans la marina pour dire à quel point l’arrivée sous spi à Punta del Este avait été fantastique.

C’est génial, tout ce soutien, les yachts qui sonnent de la corne de brume. C’est fantastique. Oui, cette étape était la plus importante. Le point Nemo et le cap Horn l’ont rendue très spéciale.

a déclaré Tom Napper, premier lieutenant de Pen Duick VI.

Marie a récemment raconté comment elle s’est sentie dans les conditions qu’elle et ses 11 membres d’équipage attendaient juste avant de franchir le fameux passage du Cap Horn. Et ce, après des mois de vents faibles qu’elle avait trouvés si frustrants depuis le début de la course à Southampton en septembre dernier.

Team Pen Duick VI, FR arrive à Punta del Este après 30 jours de mer. A remporté les honneurs de la ligne #OGR23-24 Leg3. Crédit : Don / OGR2023

À un moment donné, le vent s’est stabilisé entre 40 nœuds, 45 nœuds, 50 nœuds, puis de 50 à 60 nœuds avant de retomber à 50. Il n’a cessé de monter et de descendre, et les vagues, eh bien, il y avait des vagues et de la houle, quelques vagues déferlantes, et le bateau a commencé à surfer. Nous avons atteint une vitesse moyenne d’environ 12 nœuds tout au long de cette zone de basse pression, ce qui représente environ 270 milles nautiques par jour. Nous avons eu de belles journées de surf régulier entre 20 et 23 nœuds. Il y a même eu une vague de 28,3 nœuds, qui nous a tous effrayés mais le bateau était complètement en feu. La barre était très difficile à tenir ; ceux qui ont froid une fois à la barre se réchauffent généralement en quelques secondes à cause de cela, plus le stress d’être à la barre. Et oui, il y a des moments où l’on se sent tout petit, surtout au sommet d’une vague de 7 à 10 mètres de haut, face à l’immensité de l’océan. C’est vraiment quand on est au sommet de la vague qu’on se rend compte de l’immensité de la mer.

Marie Tabarly, skipper du Pen Duick VI

Mais la course n’a pas toujours été à l’avantage de Pen Duick VI jusqu’à présent, avec des pénalités de temps et des vents capricieux qui l’ont fait glisser vers le bas du tableau de classement lors des deux premières étapes. Lors de la première étape, il s’est classé 4e sur la ligne d’honneur et 7e en IRC. Lors de la deuxième étape, il est deuxième sur la ligne d’honneur et cinquième en IRC. Cette victoire, avec deux jours d’avance sur les voiliers les plus proches Spirit of Helsinki FI (71) et Maiden UK (03), et l’abandon forcé du précédent leader de IRC Translated 9 ITL (09), va maintenant modifier radicalement le classement IRC.

L’arrivée de Pen Duick VI à Punta del Este coïncide parfaitement avec la célébration du 100e anniversaire du Yacht Club Punta del Este. Le club a un riche lien historique avec la Whitbread round the world et le club ainsi que les habitants sont ravis de voir un voilier aussi renommé arriver en premier.

Nous sommes ravis au Yacht Club Punta del Este d’accueillir l’un des plus célèbres voiliers qui ai marqué l’histoire avec Eric Tabarly à la barre. Et avec Marie, la fille d’Eric, l’héritage Tabarly est à nouveau présent, comme ce fut le cas lors des précédentes escales de la Whitbread dans notre port. Bienvenue à Marie et à l’équipage de Pen Duick VI ! Notre 100e anniversaire brille encore plus avec vous dans notre club.

Daniel Sielecki, vice-commodore du Yacht Club Punta del Este.
L’équipe Pen Duick VI a reçu un accueil chaleureux de la part des Uruguayens dans la marina du Yacht Club Punta del Este. Crédit : Don / OGR2023

Pendant ce temps, le reste de la flotte progresse rapidement vers Punta del Este. Spirit of Helsinki FI (71) et Maiden UK (03) poursuivent leur bataille épique, si près l’un de l’autre qu’ils peuvent se voir. Neptune FR (56) est leur plus proche challenger 60 milles nautiques derrière eux.

Galiana WithSecure FI (06), le plus à l’est de la flotte, a subi des vents violents cette nuit, ce qui a provoqué quelques dégâts.

Le vent est tombé à 15 noeuds. Perte de la moitié du matériel de sécurité situé à la poupe malgré des arrimages supplémentaires, un pfd gonflé. Cockpit inondé, surf record à plus de 20noeuds 🙂 .

a tweeté Galiana WithSecure.

Les cinq voiliers suivants donnent la nette impression de former une file d’attente ordonnée vers Punta del Este avec le leader IRC actuel Triana FR (66) en tête de la flottille, suivi de l’ancien vainqueur de la Whitbread L’Esprit d’équipe FR (85), White Shadow ESP (17), Outlaw AU (08) et Evrika FR (07).

Triana a connu les vents les plus forts jusqu’à présent dans la course avec 58 nœuds – ce qui a conduit le skipper Jean à se demander ce qu’il faisait là ! Crédit : Triana/OGR2023/Margault Demasles

Les deux derniers voiliers de l’OGR ont vécu de l’action de leur côté. Le sud-africain Sterna SA (42) a passé le Cap Horn à 15:55 UTC, naviguant à 9,5 milles de la côte. Skippé par Jeremy Bagshaw, qui avait franchi le même point il y a un an dans la GGR, le Swan 53 fait maintenant route à bonne allure vers Punta del Este.

Un message spécial de remerciement a été envoyé par un membre de l’équipage au propriétaire de Sterna, lui faisant part de ses sentiments sur le fait de faire partie de l’équipage et d’avoir l’opportunité de passer le Cap Horn.

Gerrit you don’t know how thankful I am that you let me join your crew. It truly is a happy boat. Much love, live from Cape Horn.

a tweeté Sterna

Explorer AU (28) a signalé ce matin à la première heure qu’il avait perdu l’usage de son safran pendant la nuit. Ils se sont déhalés sous voile de tempête dans des vents forts, avec des rafales à 55 nœuds et une mer déferlante de 7 mètres, et ont attendu que le temps soit plus clément avant de commencer les réparations. Ils naviguent sous safran de secours tout en ayant réorganisé les quarts pour commencer à remplacer le câble de commande de safran. A 17h00 UTC, ils ont terminé les travaux et ont annoncé qu’ils progressaient à nouveau vers le Cap Horn, qu’ils espèrent passer mercredi.

Écoutez Mark Sinclair, capitaine de l’Explorer, qui a rapporté la conversation sur la réparation du câble de direction ci-dessous :

Maiden, Spirit of Helsinki et Neptune devraient arriver Jeudi 15 en fin de journée.


Vous pouvez regarder Pen Duick VI VNR arriver à Punta del Este sur notre chaîne Youtube, si vous avez besoin d’une haute définition, veuillez contacter notre directeur des médias : Jac@OceanGlobeRace.com.

avatar

Partenaires

Fournisseurs officiels

Ports de l'hôte

Associations