UK Flag French Flag

Scènes historiques au départ de l’étape 2 de la McIntyre Ocean Globe Race

Un départ parfait au Cap. Soleil, brise et Montagne de la Table Crédit : OGR2023 / Jacqueline Kavanagh

Navires, larmes, nerfs et yachts iconiques à Cape Town

  • Scènes phénoménales à Table Bay, Cape Town, au départ de l’étape 2 de la McIntyre Ocean Globe Race. Translated 9 IT (09) a franchi la ligne en premier, suivi de près par Pen Duick VI FR (14) et Galiana WithSecure FI (06).
  • Le navire de la marine sud-africaine SAS King Sekhukhune 1 et la frégate de la marine française Floréal signalent le départ de la course.
  • Onze voiliers OGR ont mis le cap sur Auckland dans des vents parfaits de 10 nœuds de sud-ouest. Trois voiliers prendront le départ dans les prochains jours.
  • La gagnante sud-africaine de la Golden Globe Race, Kirsten Neuschäfer, starter officiel à bord du navire de la marine sud-africaine. Son compatriote Jeremy Bagshaw à bord de la frégate Floréal accompagnant Sophie Bel, consule générale de France au Cap.
  • Les participants sud-africains Sterna SA (42) / All Spice Yachting partiront lundi.
  • Des sourires à bord de l’Explorer AU (28) qui arrive au Cap après 55 jours de mer.
Maiden suit son propre chemin avant le départ de l’étape 2. Crédit : JC van der Westhuizen

L’histoire de la voile s’est écrite au Cap, sous la vue imprenable de la Montagne de la Table, lorsque les voiliers emblématiques de l’étape 2 de l’OGR ont mis le cap sur Auckland. Le navire de la marine sud-africaine SAS King Sekhukhune 1, le navire de départ officiel, et la frégate Floréal de la marine française ont surplombé les 11 voiliers lorsqu’ils ont franchi la ligne dans la baie de la Table à 14h00 heure locale, sous le chaud soleil du Cap. 

La gagnante de la Golden Globe Race, Kirsten Neuschäfer, a assisté au départ depuis le navire de la marine sud-africaine.

“Le départ s’est déroulé en douceur, le temps était magnifique et tout le monde semblait de bonne humeur. J’étais un peu nostalgique à l’idée de retourner au large, mais mon heure reviendra”, a déclaré Kirsten. 

Un autre concurrent du Golden Globe, Jeremy Bagshaw, et Sophie Bel, consule générale de France au Cap, se trouvaient à bord de la frégate Floréal. Avec cinq voiliers français dans la flotte, Pen Duick VI FR (14), L’Esprit d’équipe FR (85), Evrika FR (07), Neptune FR (56), et Triana FR (66), il n’y avait pas de doute quant à l’identité de ceux qu’ils encourageaient.

Les participants se disputent la ligne de départ sous l’œil attentif de la frégate française Floréal.
Crédit photo : OGR2023 / Marco Ausderau

“C’était un départ magnifique. Les conditions étaient absolument parfaites. Quelqu’un a fait remarquer que l’un des bateaux français a été le plus proche de percuter le navire français. Ce qui n’aurait pas été un incident international, mais simplement une affaire domestique”, a plaisanté Jeremy.

L’OGR, une course rétro dans l’esprit de la Whitbread Round the World Race de 1973, signifie qu’il n’y a ni ordinateur, ni GPS, ni matériel de haute technologie. Sextants et cartes papier guideront ceux qui s’apprêtent à affronter l’océan Austral. Sept membres de la flotte sont d’anciens concurrents de la Whitbread, la tradition et l’histoire sont profondément ancrées dans l’OGR.  

Dernier adieu de l’équipage de l’OGR sur le V&A Waterfront avant de mettre le cap sur Auckland Crédit:OGR2023 / Jacqueline Kavanagh

Don McIntyre, fondateur de l’OGR, s’est réjoui du bon déroulement de la course.

Quel départ ! Nous n’aurions pas pu demander mieux. Des aventuriers naviguant sur des voiliers classiques, avec la montagne de la Table en arrière-plan, par une journée parfaite. La Whitbread était ici il y a 50 ans et nous revivons ces souvenirs aujourd’hui de la meilleure façon possible. Le Cap a été une ville extraordinaire. Je souhaite à tous nos marins une bonne traversée vers la Nouvelle-Zélande et bonne chance ! Appréciez le voyage.

Don McIntyre, Fondateur et sponsor de la course

Trois voiliers n’ont pas pris le départ. Le voilier sud-africain Sterna SA (42) prendra le départ lundi, une fois les travaux de gréement terminés. Explorer AU (28) n’est arrivé que la veille du départ, après 55 jours de mer, et Godspeed USA (01) est toujours à plus de 400 milles du Cap.

La matinée de la course a commencé tôt avec les adieux de l’équipage à la famille et aux amis, ainsi qu’à toutes les formes de technologie moderne. La nature rétro de la course exige que les téléphones, les ordinateurs et même les Kindles soient abandonnés jusqu’à ce qu’ils atteignent Auckland. Ils naviguent véritablement dans l’esprit de la course Whitbread de 1973, dans tous les sens du terme.

À 11 heures, heure locale, les voiliers ont quitté la marina V&A Waterfront à trois minutes d’intervalle. Le vainqueur de l’étape 1 Spirit of Helsinki FI (71) a été le premier à partir, suivi par Pen Duick VI (14), le vainqueur IRC de l’étape 1 Translated 9 IT (09), Maiden UK (03), L’Esprit d’équipe, Outlaw AU (08), Neptune FR (56), Triana FR (66), White Shadow ESP (17), Galiana WithSecure FI (06) et enfin Evrika FR (07).

À 14 heures, heure locale, les deux navires de guerre ont donné le signal du départ de la course et les voiliers se sont élancés sur les 7 250 milles qui les séparaient d’Auckland. Avec Table Mountain en toile de fond, les 11 yachts ont offert un spectacle à couper le souffle aux nombreux bateaux spectateurs sur l’eau. Le soleil brillait, une brise parfaite de 10 nœuds soufflait du sud-ouest, les équipages ne pouvaient pas demander mieux.  

Les équipages ne pouvaient pas demander mieux. Il y a eu la joute habituelle pour obtenir la meilleure position sur la ligne de départ parfaitement tracée, perpendiculaire au vent, ce qui signifie qu’il n’y avait pas de biais perceptible à l’une ou l’autre extrémité de la ligne. Tous les bateaux sont partis tribord amures, Pen Duick VI, skippé par Marie Tabarly, étant légèrement en avance et sous le vent de Translated 9. Marie a essayé de protéger sa position sur la ligne en forçant Translated 9 à subir une pénalité pour s’être trouvé du côté du parcours de la ligne de départ au moment du coup de canon. Translated 9 a bien géré la rencontre et, au coup de canon, a pu s’endurcir et franchir la ligne en premier, Pen Duick VI, à quelques mètres sous le vent, passant en deuxième position.

Et si tout le monde avait l’air heureux sur l’eau, on ne pouvait nier l’anxiété des équipages sur les pontons avant le départ. De nombreux marins considèrent l’étape 2 comme la plus difficile de leur aventure autour du monde, car elle traverse le puissant océan Austral.

L’équipage de Translated 9, leader de l’IRC, est déterminé à conserver son avance malgré la nervosité qui règne dans les mers du Sud. Crédit : OGR2023 / Jacqueline Kavanagh

Deniz Derin Binaroglu, membre de l’équipage turc de Translated 9, a admis que le défi allait être difficile à relever. 

“Ce sera froid, humide et exaltant. Ce n’est pas un endroit pour l’homme, c’est un endroit pour les animaux et les oiseaux. Je suis un peu nerveux, oui”, a admis Deniz. 

Baptiste Gillot Devillers, un autre membre de l’équipage de Translated 9, avait lui aussi le trac, mais avec une certaine excitation.

Je veux vraiment découvrir cette partie de la mer et du monde – personne que je connaisse n’y est allé. Nous avons quelques personnes à bord qui nous ont expliqué comment cela allait se passer et cela fait grandir l’envie d’y aller. Maintenant que nous sommes presque prêts à partir, l’excitation monte, mais c’est aussi un peu effrayant. Ma famille est probablement plus effrayée que moi en ce moment.

Baptiste Gillot Devillers, Translated 9

Guillaume Penot, de White Shadow, est un autre à se sentir un peu incertain de ce qui l’attend.

Je n’ai jamais été dans l’Océan Sud auparavant, donc je suis un peu incertain, effrayé par les conditions que nous pourrions avoir, mais nous verrons. Le vent et les vagues seront énormes. Mais l’équipage est prêt, neuf personnes sur douze ont déjà navigué ensemble, donc nous travaillons bien. Mais aucun d’entre nous n’a jamais navigué dans l’océan Austral auparavant”, a déclaré Guillaume.

Guillaume Penot, White Shadow

Mais sur les pontons, il y en a qui, grâce à leur expérience, savent exactement ce qui les attend. Parmi eux, le second de Triana, Sébastien Audigane, qui s’apprête à affronter les mers du Sud pour la septième fois.

Dans les mers du Sud, il faut être un bon marin. Il faut anticiper la météo car le vent est souvent très fort et les systèmes dépressionnaires passent très vite. Il faut être très attentif aux conditions météorologiques. Et puis aussi, comme il fait très froid, il faut être bien habillé, bien manger et être un bon marin. Je pense que c’est la plus dangereuse car les dépressions passent très vite et la mer change d’angle plusieurs fois par jour, ce qui veut dire qu’il peut y avoir des croisements de mer qui rendent difficile la progression du bateau. Mais je ne suis pas nerveux, j’aime l’océan Austral. Je parle à l’albatros.

Sébastien Audigane, Triana
L’équipage de L’Esprit d’éqiupe voulait impressionner les oiseaux de l’océan Austral. Crédit : OGR2023 / Jacqueline Kavanagh

Des coiffures de dernière minute ont également eu lieu sur les pontons pour s’assurer que tout le monde était prêt à affronter les mers du Sud.

Alors que les 11 voiliers naviguaient vers le sud, il en restait trois à franchir la ligne d’arrivée. Le yacht sud-africain Sterna / All Spice yachting partira lundi après avoir effectué les travaux de maintenance nécessaires. Explorer suivra plus tard dans la semaine et on croise les doigts pour Godspeed USA (01) qui a encore 400 milles à parcourir jusqu’au Cap.

Dimanche soir, quelques heures après le départ de la course, l’histoire de l’étape 1 a commencé à se répéter. Les leaders sont Pen Duick VI, Translated 9, Maiden, Spirit of Helsinki et L’Esprit d’équipe. Le reste de la flotte est groupé en queue de peloton, mais pas aussi lentement que les malheureux White Shadow, Neptune, Evrika et Triana coincés dans l’ombre de Table Mountain. 

C’est reparti pour la surveillance du tracker !

avatar

Partenaires

Fournisseurs officiels

Ports de l'hôte

Associations