UK Flag French Flag

Evrika et White Shadow franchissent la ligne d’arrivée de la 3ème étape de la McIntyre Ocean Globe Race

Arrivée au coucher du soleil spectaculairement belle pour le Swan 65 Evrika Crédit : OGR2023/Jacqueline Kavanagh

Huit voiliers ont franchi la ligne d’arrivée de la troisième étape de la McIntyre Ocean Globe Race. Evrika et White Shadow bouclent l’étape d’un parcours frustrant et imprévisible

  • Le cinquième voilier français, Evrika FR (07), a franchi la ligne d’arrivée à Punta del Este à 22h42 UTC le 20 février, après 37 jours en mer.
  • White Shadow (17), le voilier espagnol, a atteint la ligne d’arrivée dans des vents faibles à 07h09 UTC le 21 février, avec une grand-voile endommagée compliquant leur avancée.
  • Translated 9 ITL (09) est de nouveau en mer et se mesure à Sterna SA (42) et Explorer AU (28) dans une régate spéciale vers Punta del Este, avec une arrivée prévue entre vendredi et samedi.
  • Les travaux de maintenance continuent sous une chaleur intense. Voiles, mâts, quilles, et autres équipements sont rigoureusement inspectés suite à leur navigation autour du Cap Horn.

Dans la pénombre du soir, le skipper Dominique Dubois a mené l’impressionnant Swan 65, Evrika FR (07), sur la ligne d’arrivée de Punta del Este à 22h42 UTC après 37 jours de mer. Poussé par des vents de 12 nœuds, l’équipage français, composé de proches et d’amis, semblait aussi détendu qu’il l’avait été tout au long de cette fameuse étape du Cap Horn, leurs images à bord évoquant par moments une croisière méditerranéenne tant l’ambiance était conviviale.

Cependant, ils étaient visiblement ravis d’arriver enfin, après des derniers jours rendus difficiles par des vents faibles qui ont ralenti leur progression et les ont parfois laissés en stand-by aux abords de Punta del Este. Cette situation, couplée à un mât endommagé qui a nécessité des réparations après le Cap Horn, a freiné leur vitesse. Le ketch, maintenu en parfait état, avait initialement suivi le rythme de la flotte pendant la première moitié de l’étape 3, mais a progressivement perdu du terrain. Ils sont désormais classés provisoirement 9ème au classement général et 10ème en IRC. Mais rien n’a pu empêcher Dominique d’avoir le sourire en passant la ligne, réalisant son rêve de franchir le Cap Horn. Comme il l’a souvent répété, il vit son rêve.

C’était très long et hier soir, nous avons eu une lutte serrée avec White Shadow ! Nous les avons croisés à moins de 200 mètres. Après le Cap Horn, nous avons cassé notre bôme, donc pendant trois semaines, nous avons été terriblement ralenti et nous avons vu tout le monde passer devant, c’était terrible. Le Pacifique a été plutôt clément, sans grandes tempêtes à l’inverse de Indien s’est révélé difficile. Après le Cap Horn, le parcours était long et ardu. Oui, je suis fatigué. Hier, j’ai passé toute la nuit à la barre pour doubler White Shadow, et aujourd’hui, les vents étaient faibles. Mais nous sommes finalement arrivés, ce qui est fantastique

Dominique Dubois, skipper de l’Evrika.
L’équipe Evrika, France, était manifestement ravie d’être enfin arrivée après quelques derniers jours difficiles marqués par des vents légers. Crédit : Don McIntyre / OGR2023

White Shadow, le Swan 57 espagnol mené par Jean-Christophe Petit, a franchi la ligne à 07h09 UTC sans étai mais, heureusement, avec son mât debout, après 38 jours de mer. Les trois derniers jours, en réalité les trois dernières heures, ont semblé plus longs que les 38 jours cumulés, car l’absence de vent a entravé leur progression. Sous un magnifique ciel lunaire, même le courant semblait contrarier l’équipage fatigué après leur aventure épique.

Avec une grand-voile fortement réduite, l’équipage a lutté pour franchir la ligne – les célébrations sont donc bien méritées. Crédit : OGR2023/Jacqueline Kavanagh

Ils ont franchi la ligne d’arrivée avec une grand-voile réduite au minimum, de la taille d’un mouchoir de poche, après la rupture de leur étai la semaine précédente le faisant virvolter en l’air et déchirant leur grand-voile. Ils ont donc dû naviguer avec une extrême prudence ces deux dernières semaines, s’efforçant de maintenir le mât debout.

L’étai s’est rompu, et virevoltait, c’était comme si un cutter balançait de gauche à droite, détruisant tout sur son passage. Le yankee est ruiné, puis la grand-voile a été coupée, mais heureusement sous le quatrième ris. C’est un peu décevant pour la course car nous étions bien positionnés, mais nous nous sommes dit, sauvons d’abord le mât, ensuite, rejoignons Punta. Nous avons franchi le Cap Horn avec des vents de 60 nœuds, ce qui n’est pas rien, mais c’était vraiment incroyable. Fabuleux, en fait. Maintenant, de grosses réparations nous attendent, mais nous sommes ici et heureux.

Jean-Christophe Petit, skipper du White Shadow.

Concernant l’approche finale, plus d’un membre de l’équipage, entre les chants, les sourires et les embrassades, a exprimé le sentiment d’être “si près et pourtant si loin”.

Après une arrivée douloureusement lente, l’équipage de White Shadow est plus que prêt à faire la fête. Crédit : OGR/2023 Jacqueline Kavanagh

Ils ne sont pas les premiers à ressentir cela à l’approche de Punta del Este.

Pendant ce temps, les deux derniers voiliers de la flotte continuent à se faire la course, affrontant des vents contraires ou simplement absents. Au moment de boucler la rédaction, Explorer AU (28) se trouvait dernier à seulement 75 milles de Sterna SA (42).

L’équipage d’Explorer, très impatient d’arriver, a tweeté : Il faut le dire… ce dernier tronçon entre le Cap Horn à Punta est VRAIMENT long, Crédit : OGR2023/Explorer

Melissa, second à bord de Sterna, a mentionné qu’ils étaient restés dans le brouillard pendant deux jours – un autre imprévu à ajouter à la liste.

L’état constant de trop de vent puis pas assez. La seule nourriture déshydratée qui nous reste est la patate douce et la noix de muscade. Que la chance soit toujours de notre côté, a tweeté Sterna.

Mais ce qui est encore plus remarquable, c’est que Translated 9 ITL (09), l’éblouissant Swan 65, qui a fait un détour par les Malouines la semaine dernière pour réparer des fissures dans la coque soit maintenant de retour dans son élément après avoir été sorti de l’eau pour colmater les brèches et prévoit désormais de rivaliser avec Explorer et Sterna dans une course dans la course !

Bien qu’il soit hors classement pour l’étape 3, l’équipage de Translated 9 n’a clairement pas perdu son esprit de compétition !

Le skipper Marco Trombetti est en effet très désireux d’atteindre Punta del Este à temps pour le départ de la quatrième étape le 5 mars, devant mener la flotte à Cowes, au Royaume-Uni.

Aux Malouines, le bateau est remis à l’eau et prêt à courir après les derniers de la flotte. Ce n’est pas une situation que Translated 9 auvait imaginé vivre !! Crédit : Translated 9

Après des jours de travail acharné sur notre cher Swan 65, il a été remis à l’eau. Il flotte. Dans deux jours, notre équipage exceptionnel finira de le préparer pour le transfert en Uruguay ; nous réinstallons les mâts et gréons les voiles. Pendant le trajet, nous testerons le bateau dans l’océan. C’est le dernier défi du processus de réparation : vérifier sa résistance. Une fois à Punta del Este, nous le sortirons à nouveau de l’eau pour une inspection supplémentaire. D’ici les premiers jours de mars, nous saurons si nous sommes prêts à partir. Si, après inspection à Punta, nous obtenons la confirmation que Translated 9 est prêt pour affronter la mer, nous ne nous contenterons pas de terminer la 4ème étape, mais nous nous efforcerons de la gagner. Nous sommes profondément reconnaissants pour le soutien massif reçu de personnes du monde entier, particulièrement des îles Malouines, qui ont offert leurs compétences et leur cœur à notre cause.

Marco Trombetti, co-skipper de Translated 9.

Les huit voiliers amarrés à Punta del Este continuent leurs longues listes de tâches de maintenance..

Max de Montgolfier, à bord de Triana FR (66), vainqueur de l’étape 3 en IRC, décrit ce qui occupera l’équipage dans les jours à venir.

Nous avons été incroyablement bien accueillis par tous à Punta del Este, ce qui est fantastique. Depuis notre arrivée, nous avons nettoyé le bateau pour entre autres qu’il ne sente plus aussi mauvais à l’intérieur, ce qui nous a pris pas mal de temps. Hier, nous avons sorti les voiles sur le quai pour tout vérifier. Nous avons maintenant découvert un boulon desserré sur le gouvernail et, par mesure de sécurité, nous allons sortir le bateau de l’eau à Piriápolis pour voir ce qui doit être fait. Nous sommes donc très occupés.

Max de Montgolfier, équipage de Triana FR (66).
L’équipage de Triana, vainqueurs IRC, vérifie les voiles avant un départ matinal pour gruter le voilier afin d’inspecter la quille. Crédit : OGR2023 Jacqueline Kavanagh

La grue qui sera utilisée par triana et d’autres équipages a été offerte à l’Uruguay par la Whitbread Round the World Race et financée par son sponsor Long Johns, qui n’en a heureusement pas eu besoin.

L’Esprit d’équipe, vainqueur de la Whitbread 1985, pourrait également trouver difficile de se refaire une beauté à temps avec les défis à relever. Mais ils ont prouvé qu’ils étaient certainement l’équipage le plus apte à relever ces défis.

Nous avons des problèmes de haubans et nous devons en changer cinq. C’est un défi logistique car les haubans arrivent de France et nous ne sommes pas sûrs qu’ils arriveront à temps. Nous avons donc contacté une usine ici qui pourrait également les usiner si nécessaire. De toute manière, nous ne pouvons pas repartir tant que les nouveaux haubans ne seront pas installés. Durant les cinq jours précédant notre arrivée, nous n’avons cessé de vérifier le mât pour nous assurer qu’il tienne bon!

Pierre-Yves Cavan, first mate of L’Esprit d’équipe.

Pendant ce temps, l’équipage de Galiana WithSecure FI (06) s’occupe de remplacer du matériel de sécurité perdu en mer lors d’un coup de vent, y compris la bouée fer à cheval. Et bien sûr, ils s’occupent également de leur problème de moteur, qui a refusé de démarrer à leur arrivée à quai.

Ian Herbert-Jones, le second de Spirit of Helsinki FI (71), affirme que le bateau est en assez bon état, à part les dommages habituels subis par les voiliers lors d’un tour du monde.

Notre voilier est en meilleure condition qu’à notre arrivée à Auckland, il s’agit donc juste d’un entretien de routine. Mais comme tout le monde le sait, nos voiles ont désormais parcouru 20 000 milles, nous avons donc des réparations à faire. Les choses commencent à s’user. Nous aurons peut-être besoin d’un nouvel onduleur, mais dans l’ensemble, nous sommes en bonne position.

Ian Herbert-Jones, second du Spirit of Helsinki.

Sur Outlaw (08), Réparer les J4 et J5 n’est que l’un des défis qui attend l’équipage, nous explique son second, Rinze Vallinga.

Un des problèmes, c’est que l’œillet du point d’amure de grand-voile s’est détaché. Il s’est usé et s’est complètement déchiré, donc nous devons le réparer. À part quelques autres dommages mineurs, notre voilier est en assez bon état.

Rinze Vallinga, second de l’Outlaw.
Medhi équipier sur Outlaw prend une douche sur le ponton après avoir vérifié les voiles. Crédit : OGR2023/Jacqueline Kavanagh

Entre la maintenance et les réparations, les équipages trouvent encore le temps de partager leurs expérience de mer – et certaines sont à donner des frissons – préparez-vous à les entendre !

La course reprend le 5 mars de Punta del Este à Cowes, au Royaume-Uni.

avatar

Partenaires

Fournisseurs officiels

Ports de l'hôte

Associations