UK Flag French Flag

Onze autour du « Rock » dans la troisième étape de l’OGR de McIntyre

Galiana WithSecure profite enfin les "bons vents" qu'elle attendait lors de l'étape 3. Crédit : Galiana WithSecure / OGR20203

Nouveaux cap-horniers, collisions évitées de justesse et alertes météorologiques : c’est le branle-bas de combat !

Le Royal Yacht Squadron accueille l’arrivée du McIntyre Ocean Globe. Le classement et le tableau IRC changent radicalement !

  • Le yacht français Pen Duick VI (FR 14) devrait arriver à Punta del Este dans la soirée du 13 février. Maiden UK (03), Spirit of Helsinki FI (71) et Neptune FR (56) sont attendus le 15 février.
  • Triana FR (66) prend désormais la tête de l’IRC après le retrait de Translated 9 ITL (09) de la troisième étape.
  • Six autres voiliers franchissent avec succès le Cap Horn malgré le vent et les vagues qui font sa réputation. Sterna SA (42) et Explorer AU (28) sont les derniers à passer le célèbre détroit dans de forts vents. Une alerte météo a été émise pour Explorer.
  • Le Royal Yacht Squadron accueillera l’arrivée du McIntyre Ocean Globe en avril.
Outlaw avec le Cap Horn en arrière-plan, et maintenant profitant du soleil en route vers Punta del Este. Crédit: Outlaw / OGR2023

Ces derniers jours ont été dramatiques pour l’Ocean Globe Race. Le leader italien de l’IRC, Translated 9 ITL (09), a abandonné la troisième étape après avoir été contraint de se dérouter vers les îles Falkland pour réparer des fissures dans la coque du Swan 65, conséquences de trois choc et d’un déssalage par gros temps. C’est le plus grand bouleversement dans le classement de la course depuis son départ en septembre dernier.

Six autres voiliers ont réussi à franchir le fameux passage du Cap Horn, portant à 61 le nombre de nouveaux cap-horniers. La plupart d’entre eux ont dû affronter les conditions météorologiques les plus difficiles de la course à ce jour, à l’approche du Cap Horn. Certains ont pris des décisions tactiques pour le moins surprenantes. Entre de nombreuses alertes météo, des baleines frôlées de justesse, des mers démontées et, pour couronner le tout, un zeste de romance dans l’air glacial avec des échanges de messages prévus pour la Saint-Valentin, si c’est de l’action que vous cherchez, le tracker OGR est l’écran à surveiller !”

À l’heure où nous écrivons ces lignes, Pen Duick VI (FR 14), skippé par Marie Tabarly, mène la flotte et devrait arriver à Punta del Este le 13 février, deux jours avant les autres concurrents, juste à temps pour la célébration du 100ème anniversaire du Yacht Club Punta del Este. Maiden (UK 03), Spirit of Helsinki (FI 71) et Neptune (FR 56) – tous anciens participants de la Whitbread – sont attendus le 15 février. Maiden devance Spirit of Helsinki d’environ 10 milles, ce qui alimente une rivalité amicale intense entre les deux.

Nuit brumeuse avec une brise de nord-est ! Heureux d’avoir Maiden à portée de la VHF, échanges de plaisanteries toute la nuit 🙂

a tweeté Spirit of Helsinki

Des vents forts du sud-ouest le long de la côte Est argentine permettent également au reste de la flotte d’avancer à des vitesses satisfaisantes, avec des arrivées prévues à partir du 17.

Short ou ciré ? Tout est possible pour l’équipage de Maiden dans l’océan Austral Crédit : Maiden/OGR2023

Mais l’intérêt de la course ne réside pas uniquement dans le classement. Le retrait du Swan 65 italien Translated 9 (ITL 09) de l’étape 3 a dramatiquement bouleversé les classements IRC. Triana (FR 66), un Swan 53 et l’un des plus petits yachts de la flotte (avec Sterna, l’autre Swan 53), occupe maintenant la première place au classement IRC. Le voilier français, skippé par Jean d’Arthuys, a franchi le Cap Horn à 21h30 UTC en début de semaine, dans des vents de 45 nœuds. Le skipper Jean et son second, Sébastien Audigane, ont constamment surpris par leur vitesse, rivalisant avec les plus grands voiliers de la flotte. Leur cinquième place en temps réel est déjà remarquable, mais leur première place en IRC est stupéfiante, grâce à leur détermination et à leurs changements de voiles incessants.

Dans 40 nœuds avec des rafales à 55 nœuds depuis 12 heures. Mouillé, froid, épuisé, concentré. On se rapproche

a tweeté Triana en route vers Punta del Este.

Jean, le skipper, a récemment déclaré avoir désormais l’équipage ‘parfait’ à ses yeux, au point qu’il envisageait que lui et Sébastien pourraient se retirer et se reposer, laissant l’équipe prendre les commandes. Reste à voir si Sébastien, ou l’équipage, apprécierait cette idée.

Galiana WithSecure (FI 06), un Swan 55, est maintenant deuxième en IRC, un autre résultat surprenant pour le plus vieux yacht de la course, âgé de 53 ans. Seules quelques heures séparent Pen Duick VI, Neptune, et Maiden dans le classement IRC, rendant difficile la prédiction du vainqueur. L’abandon forcé de Translated 9 lors de la troisième étape, après s’être dérouté vers les îles Malouines suite à la découverte de fissures dans la coque, a profondément bouleversé le classement IRC. Ayant reçu une pénalité de 72 heures pour avoir enfreint les règles de l’avis de course concernant la réparation des voiles à Auckland, cette pénalité est devenue caduque suite à leur abandon après avoir reçu de l’aide extérieure dans les îles Falkland pour réparer la coque du bateau participant de la Whitbread 1977 (ex. ADC Accutrac).

Les équipages de L’Esprit d’Équipe (FR 85), Galiana WithSecure (FI 06), White Shadow (ESP 17), Outlaw (AU 08), et Evrika (FR 07) sont tous devenus membres honoraires de l’Association Internationale des Cap-horniers après avoir franchi avec succès le célèbre passage. Tous ont affronté les vents violents “traditionnels” soufflant jusqu’à 60 nœuds et une mer de 8 mètres, ce qui leur a valu le titre bien mérité de Cap-hornier et le droit de se vanter de leur exploit !

Heures de passage du Cap Horn :

  • Triana : 8 février à 21h30 UTC
  • L’Esprit d’Équipe : 9 février à 08h16 UTC
  • Galiana WithSecure : 9 février à 14h52 UTC
  • White Shadow : 9 février à 15h40 UTC
  • Outlaw : 10 février à 00h03 UTC
  • Evrika : 10 février à 11h50 UTC

L’ambiance à bord était tout simplement extraordinaire au moment où nous avons franchi le Cap Horn. Nous avons eu quelques soucis avec nos voiles dans les vents forts les jours précédents, mais nous avons réussi à les réparer juste à temps. Le passage a été incroyable. Nous sommes tous extrêmement fiers et désormais tournés vers une navigation rapide vers Punta del Este. C’est un véritable exploit

a exprimé Titouan de L’Esprit d’Équipe.

L’ancien skipper de la GGR, Tapio Lehtinen, s’est montré ému, bien qu’il s’agisse de son quatrième passage du Cap Horn, portant toujours le même caleçon long tricoté par sa grand-mère ! Il a loué les talents de son jeune équipage et exprimé sa détermination à inspirer les futures générations de marins finlandais à perpétuer la noble tradition de la voile océanique dans leur pays.

Je suis extrêmement fier de mon jeune équipage, Kaisla et Viivi, qui ont 20 et 21 ans. Ils doivent être parmi les plus jeunes cap-horniers de l’histoire. Ce sont des marins exceptionnellement compétents et d’excellents navigateurs au large.

a confié le très estimé Tapio, Galiana WithSecure.

Cependant, le voyage depuis le Cap Horn n’a pas été sans difficultés.

Nous subissons des vents de 45 nœuds et plus depuis sept heures, avec des rafales atteignant 56 nœuds. Des vagues de plus de 6 mètres. Artimon abaissé, quatrième ris dans la grand-voile, un quart de yankee sous tangon et un tiers de foc hissé sur l’axe central. Un assistant au barreur. Nous surfons à plus de 15 nœuds, avec un record à plus de 19. Pour l’instant, tout va bien.

a tweeté Galiana.

Visiblement, Tapio compte également quelques admirateurs parmi les équipages de la flotte ! India Syms, navigatrice à bord d’Outlaw (AU 08), après avoir partagé la joie de l’équipage d’avoir franchi le Cap Horn, a révélé qu’ils se préparaient activement pour les célébrations de la Saint-Valentin. Il semblerait que Maiden soit à l’initiative d’une opération de messages “secrets” de Saint-Valentin, qui seront échangés par radio entre les équipages de la flotte ! C’est bien entendu classé secret, mais tout porte à croire qu’un message spécial pourrait être en préparation pour Tapio !

Elle a aussi mentionné que l’équipage d’Outlaw avait sur sa liste de tâches quelques travaux de maintenance à réaliser une fois au port, notamment la réparation du point d’amure de la grand-voile, endommagé. Ils ont aussi frôlé de près une collision avec une baleine, qui est passée “à portée de main”, juste avant d’assister à une demi-heure de ballet aquatique offert par des dauphins.

Pendant ce temps, l’équipage du Swan 57 espagnol, White Shadow, aura des explications à fournir à son arrivée à Punta del Este, concernant sa décision pour le moins surprenante de naviguer à moins de deux milles en direction directe des rochers de la Terre de Feu. Heureusement, après avoir modifié leur cap, ils ont contourné le Cap Horn sans encombre. Ils n’ont certes pas manqué d’animation et ont assurément captivé ceux qui suivaient leur progression via le tracker !

Les marins du Neptune, qui ont partagé leur émotion et leur fierté suite à leur passage du Cap Horn, sont pleinement conscients que leur défi est loin d’être terminé. L’ancien compétiteur de la Whitbread, actuellement quatrième au classement général et à l’IRC, a été confronté à des conditions météorologiques ardues ces dernières 24 heures.

Une mer spectaculaire et de grosses vagues : Ce que l’équipage attendait sur Neptune. Crédit : Neptune / OGR2023

Plongés dans un brouillard épais depuis 24 heures, avec une visibilité réduite à moins de 10 mètres, nous effectuons des virements de bord, perdant toute notion de temps et d’espace.

a partagé Neptune sur les réseaux sociaux.

Sterna SA (42) est prévu de franchir le Cap Horn aujourd’hui, lundi, tandis qu’Explorer AU (28), le dernier yacht de la flotte, devrait le passer mercredi. Le Swan 57, mené par le navigateur de la Golden Globe Race, Mark Sinclair, surnommé Captain Coconut, a été averti d’un temps difficile pour son passage, avec des prévisions de vents soufflant à 40 nœuds, des rafales atteignant 55 nœuds et des vagues de sept mètres. Mark, rompu à ces conditions pour les avoir déjà affrontées avec des vents et des mers encore plus violents lors de la GGR, aborde ce défi avec expérience.

L’équipage de Sterna a choisi une position de barre “différente” pour le Cap Horn. Crédit : Sterna / OGR2023

Nous avons traversé la fraîcheur, le froid, et nous voilà désormais en plein territoire des ‘Brass Monkeys’. C’est ça, l’été ???

a partagé Explorer sur Twitter.

Il est maintenant confirmé que le prestigieux et historique Royal Yacht Squadron marquera la fin de la première édition de l’Ocean Globe Race (OGR). Le coup d’envoi de la course a été donné par le canon du Royal Yacht Squadron le 10 septembre dernier, un moment salué par des centaines de bateaux spectateurs alors que la flotte prenait le cap vers Le Cap, dans un écho à la Whitbread originale de 1973. Le retour sur les côtes anglaises et le passage de la ligne d’arrivée du Royal Yacht Squadron clôtureront cette aventure pour les marins ayant traversé l’Atlantique depuis Punta del Este, en Uruguay, lors de la quatrième étape de leur voyage de huit mois.

Le célèbre canon du Royal Yacht Squadron a envoyé la flotte de l’OGR sur les mers et va maintenant l’accueillir à nouveau Crédit : Gary Cross/OGR2023

C’est avec une grande anticipation que nous attendons de voir ces voiliers très spéciaux franchir la ligne d’arrivée d’où ils sont partis en septembre dernier. Les marins étaient en quête d’aventures et de défis sur des voiliers classiques, et ils les ont trouvés en abondance. À leur arrivée, ils auront réalisé des rêves jadis inimaginables, y compris le passage du Cap Horn. Ils pourront se tenir fiers, tant au bar du yacht club que dans leur vie quotidienne. Cela les transformera à jamais. Je suis extrêmement fier de leurs réalisations et de l’OGR. Le Royal Yacht Squadron les a envoyés en mer, et c’est un honneur pour nous de les accueillir à leur retour.

a exprimé Don McIntyre, le fondateur de l’OGR

La flotte a quitté Southampton à l’automne dernier pour Le Cap, avant de se diriger d’Afrique du Sud à Auckland, en Nouvelle-Zélande. Parti d’Auckland le 14 janvier, le premier voilier, Pen Duick VI, est attendu à Punta del Este le 13 février. La flotte repartira de Punta del Este le 5 mars pour revenir au Royaume-Uni, ayant parcouru près de 35 000 milles nautiques à l’issue de la course. Les premiers bateaux sont attendus à la mi-avril, et les derniers franchiront la ligne deux semaines plus tard.

Le Royal Yacht Squadron est heureux de soutenir la course autour du monde McIntyre Ocean Globe pour son significatif cinquantième anniversaire, et d’accueillir les navigateurs dans le Solent en avril 2024. Nous célébrons l’exploit des 218 concurrents de 23 pays qui, dans l’esprit de la Whitbread Round the World Race originale et des pionniers du yachting mondial de l’escadron tels que Francis Chichester, Alex Rose et Robin Knox-Johnson, font le tour du monde sans recourir aux communications électroniques, ordinateurs, satellites, GPS ou équipements de haute technologie.

a déclaré Bruce Huber, contre-commodore de la navigation de plaisance.

Après avoir franchi la ligne d’arrivée, la flotte mouillera à Trinity Landing, à West Cowes, où une réception traditionnelle au champagne et l’accueil des familles et amis sont prévus.

avatar

Partenaires

Fournisseurs officiels

Ports de l'hôte

Associations