UK Flag French Flag

Jour 58

Par Brian Hancock

Ok, Godspeed est maintenant au Cap et profite d’une bouteille de Coca (blague), d’une serviette propre, de toilettes qui ne veulent pas vous tuer à chaque fois que vous les utilisez, d’un soleil chaud et de la beauté de cet endroit magnifique. Les vents étaient légers et le soleil presque estival se montrait sous son meilleur jour. Il y avait cette magie sur le quai, celle que l’on ne peut ressentir qu’après 59 jours en mer. De la magie, tout simplement. Profitez-en tous, contemplez cette montagne et profitez de vos bébés. Ils ne sont des bébés que pour très peu de temps. Mon conseil : ne les nourrissez pas. Ils deviendront des adolescents et c’est une toute autre histoire pour un autre jour…

Je sais que le temps est compté (ils doivent rester au moins quatre jours au port), mais si vous avez le temps, allez voir les pingouins à Simonstown, je vous le recommande. C’était mieux avant que cela ne devienne si commercial. Il y a maintenant des promenades et des heures de visite. À l’époque, et je ne suis même pas si vieux, vous pouviez vous asseoir sur la plage parmi les pingouins qui étaient si amicaux qu’ils vous chiaient parfois sur les chaussures. C’est vrai. C’est le signe d’une véritable amitié.

En attendant, revenons à la course. La brise est bonne pour tout le monde. Translated 9 a le plus d’essence dans son réservoir et navigue à une bonne vitesse de 10,1 nœuds. Les co-skippers Vittorio Malingri et Marco Trombetti ont dû faire tourner leur machine à pâtes et bien nourrir l’équipage. Ils ont de bonnes choses à faire et je suis sûr qu’ils vont continuer à le faire.

Ils se préparent tous à recevoir une bonne brise de sud-ouest, y compris Maiden, Spirit of Helsinki, (n’oubliez pas le fouet) Pen Duick VI et le reste des merveilleux concurrents de la McIntyre Ocean Globe Race. Quelques bonnes journées de plaisir s’annoncent. Un nid-de-poule se profile à l’horizon, mais avec un peu de chance, il aura disparu avant qu’ils n’arrivent. Ils doivent s’installer et se ressaisir. Tout ne sera pas aussi bon et des moments délicats les attendent. Il suffit d’attendre et de voir.

Nos amis de Neptune ont pris un virage à gauche et se dirigent vers Port Elizabeth. Je pourrais vous parler d’une fille nommée Elizabeth que j’ai rencontrée là-bas (histoire vraie), mais il ne s’agit pas de moi. Le Neptune a des problèmes avec son gouvernail, et je ne pense pas qu’il soit nécessaire d’ajouter que les problèmes de gouvernail sont un problème. S’ils ne le réparent pas, ils se retrouveront à conduire sur l’Interstate 95 (ou l’A4 si vous vivez en Angleterre) sans volant. Ce n’est pas très amusant. Ils semblent avoir compris les choses, mais à juste titre, ils recherchent un endroit calme pour se pencher sur ce problème bien réel. Une décision intelligente à mon avis. Ils ne peuvent pas s’amarrer ou obtenir de l’aide extérieure ; c’est contraire aux règles de la course et ils seront disqualifiés, mais ils peuvent jeter l’ancre et plonger en profondeur. Cela vaut la peine de prendre du temps et de se donner du mal.

Mais que tous les marins se réjouissent de cette grande aventure. S’il n’y avait pas les schtroumpfs et les nids-de-poule occasionnels le long du chemin, ce ne serait pas une aventure, n’est-ce pas ?

Mise à jour du suivi quotidien de Don

Partenaires

Fournisseurs officiels

Ports de l'hôte

Associations