UK Flag French Flag

Jour 29

Par Brian Hancock

Parlons un peu de Tabarly, en l’occurrence Marie Tabarly. Je connaissais son père, pas très bien, mais voici une anecdote qui, je pense, amusera et, surtout, éclairera sur pourquoi sa fille assure dans la McIntrye Ocean Globe Race.

Comme certains d’entre vous le savent peut-être, sinon ce n’est pas grave, j’ai navigué sur le yacht soviétique Fazisi lors de la course Whitbread autour du monde en ’89/90. Fazisi était un peu rudimentaire du point de vue de la construction, disons qu’il était principalement inachevé à la veille du départ de la première étape vers l’Uruguay. Dire qu’il était brut est un euphémisme. L’équipage fixait encore des pièces d’accastillage quand je suis arrivé, moins d’un jour avant le départ. Pourquoi je suis arrivé un jour avant le départ est une histoire pour un autre jour.

J’étais en bas, en train de fourrer mon maigre tas de vêtements dans une minuscule penderie, quand il y a eu un coup sur la coque. C’était le légendaire Conny Van Rietschoten, vainqueur de la Whitbread en ’78 et ’81. Il a demandé s’il pouvait monter à bord pour jeter un œil. Si seulement vous aviez pu voir son visage lorsqu’il est descendu sous le pont. Il était horrifié par l’état des choses. Pour commencer, il n’y avait pas de hauteur sous barrot sur Fazisi, même pour une personne de petite taille comme moi. Connie a juste secoué la tête et est parti. Je pouvais l’entendre marmonner en hollandais et même si je parle afrikaans, qui est proche du néerlandais, je n’ai aucune idée de ce qu’il disait, mais je pense que je sais ce qu’il pensait.

J’essayais encore de comprendre pourquoi le cuisinier (une autre longue histoire) avait pensé que c’était une bonne idée de suspendre une rangée de saucissons juste au-dessus de ma couchette quand il y a eu un autre coup sur la coque. C’était une autre légende ; Éric Tabarly. Je ne pense pas qu’il se souvenait de moi, mais je savais très bien qui il était. Il a demandé la permission de monter à bord. J’ai hoché la tête, bien sûr, qu’allais-je dire, non ? Il a jeté sa cigarette à l’eau et est passé par-dessus les filières. Quand il est descendu, son visage s’est éclairé. “C’est bon, it’s good,” c’est tout ce qu’il a dit, puis il est parti. Quel homme. Je reviendrai sur lui, mais ce post concerne les marins dans l’OGR alors je dois retourner au travail.

Pen Duick VI a pris son virage à gauche vers Le Cap et je pense qu’ils l’ont bien chronométré. Spirit of Helsinki est à plein régime et est sur le point de faire son mouvement. Je regarde plus au nord et vois Translated 9 et Maiden profiter d’une navigation correcte. Sterna, White Shadow, Galiana WithSecure et Neptune (je me demande comment ils ont expliqué le nom de leur bateau au Roi lorsqu’ils ont traversé l’équateur) semblent tous travailler leur bronzage, mais ensuite nous avons Outlaw et Evrika qui longent la côte africaine dans des vents de face légers. Je ressens leur douleur. Leur pont avant doit être plus sec qu’une tranche de pain du dimanche un lundi matin.

Ma femme a apprécié son déjeuner d’anniversaire et les vœux d’anniversaire. Plus de nouvelles demain. Le Cap est encore loin.

Mise à jour du suivi quotidien par Lutz

Partenaires

Fournisseurs officiels

Ports de l'hôte

Associations