UK Flag French Flag

Jour 184

Par Brian Hancock

La majeure partie de la flotte de l’Ocean Globe Race s’est garée et oui, c’est bien ce que l’on ressent. Ils se sont retrouvés sur un grand parking de l’Atlantique Sud et n’avancent pas vite. Au dernier pointage sur le traceur Yellow Brick, la plupart des bateaux atteignaient à peine deux nœuds. Il y a cependant un joker et ce sont nos amis de L’Esprit d’équipe qui, pour l’instant, parviennent à contourner le bord du trou dans l’océan et, aux dernières nouvelles, ils avançaient à 7,4 nœuds et prenaient d’assaut les leaders. Lorsque vos concurrents ne font que 2 nœuds et que vous en faites plus de 7, vous pouvez réduire l’écart à une vitesse raisonnable. Au dernier pointage, Spirit of Helsinki, qui a repris la tête, avait 5 175 milles à parcourir jusqu’à Cowes, tandis que L’Esprit d’équipe avait 5 210 milles à parcourir. Si SOH reste stationné et que L’Esprit d’équipe reste dans la brise, je ne serais pas surpris de voir le bateau français prendre la tête. D’ailleurs, Galiana WithSecure a aussi trouvé un couloir, moins bon que celui de L’Esprit d’équipe, mais il est aussi en mesure de changer la donne.

Le problème avec les parkings, c’est qu’en plus du fait que vous n’allez nulle part très lentement, il y a toujours un peu d’inclinaison résiduelle due à un vent qui est passé depuis longtemps. Il faut essayer de faire avancer le bateau pour que toutes les voiles soient réglées, mais elles claquent d’un côté à l’autre à chaque passage de la houle, et le bruit qu’elles font ressemble à celui d’un pétard qui explose. C’est une forte détonation, suivie d’une autre forte détonation, puis d’une autre et ainsi de suite, jusqu’à ce que cela commence à vous rendre fou. Vous commencez à regretter ces conditions de près difficiles. L’autre chose, c’est que tout le gréement tremble à chaque latte, à tel point que l’on craint que les goupilles du gréement ne se détachent et que ce soit fini. Des choses plus étranges se sont produites. Enfin, sans vent, il n’y a pas de brise fraîche pour modérer la température et il peut faire une chaleur étouffante, mais l’aventure est l’aventure et c’est pour cela que l’équipage d’OGR s’est engagé.

En parlant d’aventure. Maiden est sur le point de vivre sa propre aventure. Ils ont perdu leur générateur, ce qui est un problème en soi, mais le générateur était utilisé pour faire fonctionner le dessalinisateur. Pas de générateur, pas d’eau. Ce n’est pas tout à fait vrai. Ils ont un dessalinisateur à manivelle qui peut produire (je crois) un litre par heure, ce qui est mieux qu’un coup de bâton brûlé dans l’œil, mais dans les deux semaines à venir, ils vont se rapprocher de l’équateur où le besoin de s’hydrater est primordial. Ils disposent également d’un dessalinisateur à manivelle dans leur trousse d’urgence, mais s’ils le cassent, ils encourent une pénalité de 48 heures. Gardons l’œil ouvert. Les jeunes filles ne manquent pas de ressources.

Les prochains jours vont être intéressants. La date de sortie de la flotte est incertaine et le classement pourrait changer. Il ne nous reste plus qu’à attendre et à voir. Enfin, si vous me le permettez, que ceux qui lisent ces lignes envoient de bonnes ondes à ma femme Sally qui a subi une opération du genou aujourd’hui, et merci.

Mise à jour quotidienne de Don

Partenaires

Fournisseurs officiels

Ports de l'hôte

Associations