UK Flag French Flag

Jour 183

Par Brian Hancock

La plupart de la flotte de l’Ocean Globe Race est en train d’utiliser de la poussière d’ange pour se diriger vers le nord. Il y a un vent de sud régulier alimenté par on ne sait quoi. D’habitude, l’Atlantique Sud est dominé par un grand anticyclone ; à l’est de celui-ci, vous aurez des vents de sud soutenus et à l’ouest des vents de nord soutenus, mais en regardant Windy sur le traceur Yellow Brick, il n’y a rien de soutenu. On dirait que l’anticyclone s’est disputé la garde des enfants et que ceux-ci se sont enfuis de la maison. Il y a de petites cellules de haute pression éparpillées un peu partout et là où le gros de la flotte navigue, le vent devrait souffler du nord, mais voilà, il souffle du sud. Il souffle du sud.

Autrefois, il existait des cartes de pilotage qui permettaient de prédire la vitesse et la direction moyennes du vent dans n’importe quelle partie de l’océan. Les données étaient accumulées au fil des décennies et compilées pour permettre aux clippers d’autrefois de tracer plus facilement leur route la plus rapide entre le point A et le point B (oui, je sais que je suis vague), mais mon propos reste le même… ☺️ Les océans étaient assez (pas toujours) prévisibles. J’ai su que les choses étaient en train de changer en 1986, lorsque j’ai traversé l’océan Austral à bord de Drum. Rappelez-vous qu’à l’époque, comme c’est le cas pour les bateaux participant à l’OGR, il n’y avait pas d’informations météorologiques actualisées en temps réel et que les cartes de pilotage étaient à peu près tout ce sur quoi nous pouvions compter. Nous naviguions entre Cape Town et Auckland et les prévisions annonçaient des vents d’ouest soutenus ; nous avons eu des vents d’est soutenus, ce qui nous a valu une navigation épouvantable. Mon frère était à bord pour cette étape et lorsque nous sommes arrivés en Nouvelle-Zélande, il est descendu du bateau et n’a jamais quitté Auckland. Il y vit toujours près de 40 ans plus tard, mais je m’écarte du sujet.

Sur l’hippodrome de l’OGR, les filles de Maiden ont repris la tête sur la base de la distance à parcourir (DTF) après l’avoir brièvement perdue au profit des Finlandais de Spirit of Helsinki. Maiden a 5 273 milles à parcourir tandis que SOH en a 5 280. Sept milles seulement les séparent alors qu’ils empruntent des routes bien différentes dans l’Atlantique Sud. Triana n’est pas loin de la tête avec 5 322 milles à parcourir. Ils sont en tête de l’Adventure Class et premiers de l’IRC. Triana est un Swan 53 dirigé par Jean d’Arthuys, un entrepreneur français qui a fait fortune grâce à la télévision et aux vignobles. Deux de mes choses préférées.

Encore une fois, je ne comprends toujours pas pourquoi Marie Tabarly, sur Pen Duick VI, a choisi d’amener son bateau si loin dans l’est, tout comme Spirit of Helsinki et Translated 9. Au début, Spirit of Helsinki et Translated 9 ont fait de même. SOH a été le premier à virer au nord et n’est plus qu’à quelques centimètres “métaphoriques” de la première place. Translated 9 a été le deuxième à s’élancer, mais il a été rattrapé par un petit creux de vent léger et a du mal à retrouver son rythme d’antan, tandis que Pen Duick VI est toujours confronté à des conditions très variables. Il y a cependant une longue piste devant les bateaux et tout peut arriver. Pour l’instant, navigateurs de la grande OGR, profitez de cette navigation à la poussière de lutin et soyez prudents.

Mise à jour quotidienne de Don

Questions et réponses de Don

Partenaires

Fournisseurs officiels

Ports de l'hôte

Associations