UK Flag French Flag

Jour 179

Par Brian Hancock

Les jeunes filles de Maiden sont en train de se défouler et de botter des fesses. Pour ne rien gâcher, c’est la Journée internationale de la femme. C’est le moment idéal pour prendre la tête de la McIntyre Ocean Globe Race. Maiden a choisi une route médiane le long de la côte sud-américaine et a bien joué ses cartes. En raison des vents contraires alimentés par un anticyclone à l’est, ils se sont retrouvés face à une terre ferme et ont viré au large, mais ils sont toujours loin devant le reste de la flotte en Line Honours, IRC et dans la classe Flyer. Heather Thomas et son équipage font un travail remarquable.

Les hors-la-loi d’Outlaw font également une belle course et, au dernier pointage du Yellow Brick Tracker, ils ont 8 milles d’avance sur Pen Duick VI sur la base de la distance à parcourir jusqu’à l’arrivée (DTF). PDVI, ainsi que Translated 9 et Spirit of Helsinki ont pris une option à l’est et pour l’instant cela n’a pas rapporté beaucoup d’argent et il ne semble pas que les choses vont s’améliorer de sitôt. C’est la nature même des courses de voiliers. J’ai mentionné dans des rapports précédents que l’océan Austral peut être une bête, mais il en va de même pour la remontée de la côte jusqu’à l’équateur. Personnellement, je suis heureux de ne pas être à bord. J’y suis allé, j’ai fait ça, j’ai le T-shirt.

Le voyage doit être mouvementé pour l’ensemble de la flotte. Les vents contraires peuvent rendre une journée au bureau un peu difficile. Tout d’abord, il fait humide, sur le pont et en bas. Quels que soient les efforts déployés, l’eau s’infiltre en bas et la vie est humide. Le bateau est également incliné, ce qui signifie qu’il faut se déplacer d’une main pour moi et d’une main pour le bateau, sous peine d’être projeté à l’autre bout du salon. Sans parler des claquements incessants lorsque le bateau affronte les vagues et, bien sûr, chaque claquement s’accompagne d’un grand vacarme en bas. Ai-je mentionné que j’ai déjà le T-shirt ?

Puisque c’est la Journée internationale de la femme, je tiens à rendre hommage à Cole Brauer, qui vient de devenir la première navigatrice américaine à faire le tour du monde en solitaire et sans escale. Elle participait au Global Solo Challenge et est arrivée à La Corogne, en Espagne, avec des fusées éclairantes. Elle a retardé son arrivée jusqu’aux premières lueurs du jour, car First Light est le nom de son bateau. Bravo Cole, tu as fait une course incroyable, tu as inspiré un grand nombre de followers sur Instagram et tu es devenu une partie intégrante de la toile mondiale de la course au large.

Et enfin, l’indomptable Jane Zhou qui, avec Don, a dirigé ce grand événement depuis sa création jusqu’à ce qu’il soit devenu ce qu’il est aujourd’hui.

Partenaires

Fournisseurs officiels

Ports de l'hôte

Associations