UK Flag French Flag

Jour 175

Par Brian Hancock

La veille du départ est toujours assez mouvementée. Avons-nous assez de papier toilette à bord ? Quelqu’un s’est-il souvenu des allumettes ? Il y a beaucoup de choses qui entrent en ligne de compte dans la course autour du monde. À l’époque de mon “Drum”, on nous donnait un petit sac et on nous disait : “Mettez ce que vous pouvez dans le sac et si ça ne rentre pas, c’est que vous n’en avez probablement pas besoin”.

C’était sans aucun doute un bon point et une bonne leçon de vie. Je veux dire, de combien de conneries avons-nous besoin ? J’ai une soixantaine d’années (même si les gens pensent encore que j’en ai 25). J’ai essayé de me débarrasser du désordre dans ma vie, alors je dis à mes amis de l’OGR : moins, c’est mieux. Cela dit, ne manquez pas de nourriture, et surtout, ne manquez pas de café. J’ai une femme qui est deux personnes différentes : avant le café et après le café. Hansel et Gretel, en quelque sorte. Personnellement, je ne bois pas de café, mais j’ai pu constater de visu les effets d’une équipe sans caféine et ce n’est pas beau à voir.

Il y a eu beaucoup d’agitation à Punta, et pas seulement sur le bateau. Il y a eu du temps pour la célébration. Une remise de prix, des bêtises et des fêtes fantastiques organisées par le Punta del Este Yacht Club. Dans l’ensemble, l’Uruguay a organisé une escale extraordinaire pour ces grands marins dans cette grande aventure. À partir de demain, Don parlera de mes livres ; j’en ai écrit 19 et j’espère que vous vous y plongerez et que vous en apprécierez certains, mais pour l’instant, j’ai une dernière anecdote à vous raconter en attendant le grand jour.

J’ai déjà parlé du Mercado del Puerto à Montevideo. C’est probablement l’un de mes endroits préférés pour manger, n’importe où sur cette planète, et j’y suis allé à plusieurs reprises. J’y ai dîné une fois, il y a longtemps, mais je ne l’ai pas oublié. Cette très belle dame (je ne sais pas comment on appelle une femme de nos jours sans marcher sur quelques orteils). Quoi qu’il en soit, cette belle personne s’est assise en face de moi. Elle a commandé une salade et un verre d’eau gazeuse. J’ai tout de suite compris comment elle faisait pour garder sa belle silhouette. Elle était mince et tonique. Je me suis dit : “Tant mieux pour elle”. Je m’empiffrais d’une assiette composée essentiellement de viande, sans la moindre feuille de laitue.

Le personnel de service semblait la connaître. Lorsqu’elle a terminé sa salade, ils sont arrivés avec une tranche de bœuf de la taille du Kilimandjaro et une carafe de vin rouge (remplie à ras bord). J’étais fasciné. Elle a englouti le steak et aplati la carafe en un rien de temps. Tant pis pour les feuilles de laitue.
Bon, trêve de digressions. La course est sur le point de reprendre. Mardi est un grand jour. Il semble (d’après Windy) que les deux premiers jours seront à peu près corrects, avec des spinnakers en l’air et une brise régulière de l’arrière, mais qu’ils se transformeront en bouillie (terme technique) au bout de quelques jours. Des vents contraires et des calmes nous attendent. Il sera temps de voir qui sera à l’arrivée au Royal Yacht Squadron en Angleterre.

Partenaires

Fournisseurs officiels

Ports de l'hôte

Associations