UK Flag French Flag

Jour 161

Par Brian Hancock

Puisque Translated 9 est toujours dans les îles Malouines, je peux vous raconter une histoire que j’ai oubliée de mentionner lorsque la flotte passait devant le groupe d’îles. Nous venions de passer le cap Horn à bord de Drum dans la course autour du monde Whitbread 85/86 et nous approchions des îles Malouines lorsqu’un membre de l’équipage est devenu très, très silencieux. Il parlait à peine, ce qui ne lui ressemblait pas du tout. Il s’est avéré, lorsqu’il a parlé, qu’il avait perdu son frère pendant la guerre. Parfois, je n’arrive pas à croire à la stupidité des humains, qui ne semblent jamais en avoir assez et qui répètent sans cesse l’histoire. Vous savez de quoi je parle.

White Shadow n’est plus qu’à 170 milles de l’arrivée de la troisième étape, tandis qu’Evrika est à 183 milles, soit 13 milles d’écart. Un autre photo-finish se profile à l’horizon. Les deux bateaux semblent avoir des vents faibles de l’arrière mais il y a un creux de vent très faible qui arrive, mais le temps qu’ils arrivent, le creux pourrait avoir été englouti par des vents contraires (plus nombreux) grâce à un système de haute pression à l’est.

Sterna a 575 milles à parcourir et a probablement sorti ses chemises hawaïennes et ses paires de tongs de rechange apportées pour l’occasion. Les explorateurs d’Explorer ne sont pas très loin derrière, mais les deux bateaux connaissent des conditions de navigation capricieuses (terme nautique) et il doit être frustrant pour tous les bateaux encore sur l’eau d’être si proches et pourtant si loin.

C’est le jour du président ici aux États-Unis, ce qui m’a rappelé que j’avais passé une journée avec le président de l’Uruguay, il y a quelques années, à profiter d’un asado (repas) dans son ranch. Il s’appelait Gregorio Conrado Álvarez (je crois) et c’était un homme très humble qui se rendait au travail et en revenait dans une vieille voiture. Tout ce dont je me souviens, c’est qu’il était gentil et que la nourriture était excellente. J’en reparlerai demain.

Nous sommes dans la saison des bêtises, comme on l’appelle ici aux États-Unis, où les élections présidentielles auront lieu dans le courant de l’année. Nous avons deux vieux schnocks comme têtes de liste de chaque parti ; l’un d’eux est humble, l’autre pas tellement. L’un d’eux est humble, l’autre pas tellement.

Plus d’informations demain. Merci d’avoir lu et suivi cette grande course.

Mise à jour quotidienne de Don

Partenaires

Fournisseurs officiels

Ports de l'hôte

Associations