UK Flag French Flag

Jour 158

Par Brian Hancock

OK, c’est une question délicate. Comment expliquer que vous avez franchi la ligne d’arrivée en troisième position, mais que vous êtes quand même arrivé en deuxième position ? Laissez-moi vous expliquer sans plaisanterie ni insinuation. Les demoiselles de Maiden sont arrivées deuxièmes, même si elles ont franchi la ligne en troisième position. Ce n’est pas facile de naviguer, n’est-ce pas ? C’est comme manger une chèvre alors qu’on mange en fait le bras avant gauche d’un mouton, mais je m’éloigne du sujet. Considérons qu’il s’agit du bras du côté passager si vous vivez au Royaume-Uni. Le bras droit du côté passager si vous vivez aux États-Unis. C’est toujours bon à déguster après un mois ou plus en mer avec cette nourriture fade. Mettez-y un peu de sauce piquante et savourez ; ou mangez simplement les légumes si c’est ce que vous préférez.

OK, c’était une belle arrivée à Punte del Este pour les deux bateaux. Et je dois saluer Don, Jane et Jac qui se présentent à chaque arrivée, même au cœur de la nuit (j’aurais aimé être là). Ils se contentent de faire le travail et ils sont formidables. Spirit of Helsinki est arrivé en force. On ne s’attend pas à moins de la part des Finlandais. Je veux dire, sérieusement, quel genre de personnes se font bouillir plus fort qu’un œuf dur dans un sauna, se font fouetter avec des feuilles de bouleau et sautent ensuite dans de l’eau glacée ? Il faut être fort.

Mais voilà. Ils ont battu Maiden sur la ligne d’arrivée. D’accord, c’est bien. Ce n’était pas une photo finish, mais c’était assez proche, mais Maiden s’était vu accorder un peu de temps parce qu’il s’était détourné pour enquêter sur un radeau de sauvetage abandonné, et le temps accordé leur donnait environ 16 minutes d’avance sur SOH. Ce n’est pas une mince affaire, mais si vous connaissez un tant soit peu la voile, vous savez que vous devez veiller les uns sur les autres quoi qu’il arrive. Les radeaux de sauvetage abandonnés et tout le reste. (J’aimerais savoir ce qui est arrivé à ceux qui étaient dans le radeau de sauvetage). J’ai une histoire de radeau de sauvetage pour vous, sur laquelle je reviendrai pendant l’escale. Et celle des lions.

Mais voici la plus grande des nouvelles. Le bateau n° 1 qui a franchi la ligne d’arrivée était skippé par une femme (Marie Tabarly). Le bateau n°2 était également skippé par une femme (Heather Thomas). Je suis assez âgée pour me souvenir de l’époque où l’on interdisait aux femmes de courir un marathon parce qu’elles risquaient de perdre leur utérus. Quelle stupidité (et je n’aime pas ce mot mais je l’utilise maintenant) les hommes ont-ils été stupides toute leur vie ? Les femmes sont géniales et meilleures dans presque tous les domaines et cela prouve que les skippers féminins peuvent botter des fesses et faire avancer les choses.

Triana est en train de cuisiner avec du gaz et il lui reste un peu plus de 100 milles à parcourir. Ils sont confrontés à des vents de nord-ouest mais sont toujours en tête en IRC et dans la Classe Aventure. Je reviendrai sur l’IRC plus tard, mais pour l’instant, disons qu’ils s’en sortent très bien sur tous les fronts.

La plupart des autres bateaux ont de l’eau sur le pont avant et ce n’est pas vraiment une partie de plaisir. C’est toujours mieux quand l’eau vient de l’arrière, et le vent aussi, mais comme le dit mon coéquipier Don McIntyre, “Life Hey”.

Comme l’a écrit mon ami John Denver (RIP), “le vent est un murmure de notre mère l’océan”. En tant que marin ayant parcouru plus d’un quart de million de milles en mer, j’aime cette phrase et je dis qu’il faut prendre ce que l’on a quand on l’a. C’est un peu comme le sexe. C’est un peu comme le sexe. Croisez les doigts et espérez le meilleur.

Mise à jour quotidienne de Don

Partenaires

Fournisseurs officiels

Ports de l'hôte

Associations