UK Flag French Flag

Jour 10

Par Brian Hancock

Nous sommes bien dans la deuxième semaine des asticots. C’est d’ailleurs un dicton nautique. C’est à ce moment-là que l’excitation du départ et de la première semaine en mer se transforme en la deuxième semaine en mer et que la réalisation de ce qui nous attend commence vraiment à prendre de l’ampleur. C’est un long chemin que de parcourir le monde à la voile sur un bateau poussé uniquement par le vent. La deuxième semaine, les asticots ont commencé à apparaître lorsque, comme l’a dit clairement l’équipage du White Shadow, le Swan 57 en provenance d’Espagne, leur toast était accompagné d’un côté de pénicilline, en d’autres termes, il était moisi.

Vous savez que vous êtes bien dans la deuxième semaine d’asticots lorsqu’il n’y a pas de vent et que votre ETA est en 2025, et c’est juste au Cap. Mais bon courage, les gars (et les filles), il n’y a rien de plus rafraîchissant qu’une baignade en pleine mer, comme les Sud-Africains de Sterna l’ont découvert pour leur plus grand plaisir. Ils travaillent le Fun O’ Meter aussi dur qu’ils le peuvent, mais ne peuvent tout simplement pas suivre les vrais professionnels de Godspeed qui ont clairement senti les sardines grillées sur un feu ouvert et ont trouvé une excuse pour s’arrêter au Portugal. Vous devez aimer tout cela. Je suppose que leur boom avait besoin d’être réparé – belle excuse.

Revenons maintenant aux choses sérieuses de cette formidable aventure ; la McIntrye Ocean Globe Race. Les courses sont encore très serrées parmi le peloton de tête (échappé). Spirit of Helsinki ronge la poupe du Pen Duick VI tandis que Maiden fait à peu près la même chose à l’est. La skipper Heather Thomas a Translated 9 fermement en ligne de mire. Au dernier rapport de Yellow Brick, moins de 50 milles séparaient les deux bateaux. Maiden pourrait manger 50 miles pour le déjeuner s’ils le voulaient.

Mais n’oublions pas la bande courageuse de L’Esprit d’equipe qui a tracé sa propre voie et qui, même si elle ne se rapproche pas des leaders, repousse le reste de la flotte. Juste derrière eux Neptune skippé par Tanneguy Raffray et Triana (oui on sait qu’ils ont perdu du temps à transporter Stéphane Raguenes hors du bateau et vers un hôpital qui pourra soigner ses blessures), mais les deux bateaux sont dans une course serrée.

S’il me semble que je divague un peu, c’est parce que je le suis. Presque tous les bateaux bénéficient de conditions de navigation agréables, enfin sauf quelques grains occasionnels, mais c’est le moment de faire le plein de sommeil. Des temps difficiles nous attendent.

Le point sur les traqueurs avec Lutz et l’invité spécial Sir Robin Knox-Johnston

Partenaires

Fournisseurs officiels

Ports de l'hôte

Associations